Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A l’AP-HM, une nouvelle voie dans le traitement de la schizophrénie

Une étude coordonnée par le Dr Guillaume Fond, psychiatre et chercheur dans le service d’information médicale du Pr Laurent Boyer à l’AP-HM démontre, chez les patients résistant au traitement antipsychotique, un lien entre l’inflammation et la non-réponse au traitement. Cette étude clinique, conduite par le réseau des Centres Experts FondaMental Schizophrénie, vient d’être publiée dans la revue European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience.
Une étude coordonnée par le Dr Guillaume Fond, psychiatre et chercheur dans le service d’information médicale du Pr Laurent Boyer à l’AP-HM démontre, chez les patients résistant au traitement antipsychotique, un lien entre l’inflammation et la non-réponse au traitement. Cette étude clinique, conduite par le réseau des Centres Experts FondaMental Schizophrénie, vient d’être publiée dans la revue European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience (1).
L’inflammation, réaction normale de l’organisme face à une agression physique, biologique et/ou psychique peut, dans certaines circonstances pathologiques, devenir chronique. Cette inflammation périphérique chronique de bas grade a été associée à de nombreuses dysfonctions d’organes, y compris le cerveau. D’où le risque de déclenchement et d’entretien de troubles psychiatriques majeurs, comme la schizophrénie.
L’objectif de l’étude publiée dans la revue European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience (1)  était de déterminer si l’inflammation de bas grade pouvait influencer la réponse au traitement antipsychotique chez les patients avec schizophrénie.

Nouvelle voie de traitement. 609 patients consultant dans les centres experts schizophrénie, âgés en moyenne de 32 ans, ont été inclus dans l’étude. Environ un patient sur dix était identifié comme « ultra-résistant », c’est-à-dire qu’il présentait encore des symptômes significatifs de schizophrénie malgré un traitement par clozapine, considéré comme le traitement antipsychotique le plus efficace. L’inflammation périphérique était mesurée par une protéine sanguine, la C-reactive protéine ultrasensible, utilisée en pratique courante.
Parmi les résultats de l’étude, l’ultra-résistance au traitement a été associée à l’inflammation périphérique de bas grade, à la durée de la maladie et à un niveau de fonctionnement diminué, indépendamment de facteurs confondants comme l’âge, le sexe, le tabagisme et le surpoids.

Cette étude ouvre une nouvelle voie dans le traitement de la schizophrénie, par lajout au traitement de molécules ayant des propriétés anti-inflammatoires chez les patients présentant une résistance au traitement antipsychotique.

1 – Chronic low-grade peripheral inflammation is associated with ultra resistant schizophrenia. Results from the FACE-SZ cohort.
Fond G, Godin O, Boyer L, Berna F, Andrianarisoa M, Coulon N, Brunel L, Bulzacka E, Aouizerate B, Capdevielle D, Chereau I, D’Amato T, Dubertret C, Dubreucq J, Faget C, Leignier S, Lançon C, Mallet J, Misdrahi D, Passerieux C, Rey R, Schandrin A, Urbach M, Vidailhet P, Llorca PM, Schürhoff F, Leboyer M; FACE-SZ (FondaMental Academic Centers of Expertise for Schizophrenia) Group.
Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci. 2018 May 28. doi: 10.1007/s00406-018-0908-0. [Epub ahead of print]

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”