Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Accompagner jusqu’au bout

La vocation première de l'hôpital est de préserver la vie, mais c'est aussi d'accompagner le patient jusqu'au bout de la sienne. Aujourd'hui, près de 70% des Français vivent leur fin de vie à l'hôpital, alors que jusqu'au milieu du siècle dernier, la plupart des personnes décédaient chez eux, entourés de leurs proches. Les établissements de santé de plus de 200 lits sont tenus de disposer de chambres mortuaires dont les services sont gratuits. Le CHU de Nancy en compte deux, situées non loin des chapelles : l'une située au sein de l'hôpital Central et l'autre sur le site de Brabois. Des équipes de soignants dotés de qualités humaines remarquables, en assurent la bonne marche avec un professionnalisme reconnu de tous.

La vocation première de l’hôpital est de préserver la vie, mais c’est aussi d’accompagner le patient jusqu’au bout de la sienne. Aujourd’hui, près de 70% des Français vivent leur fin de vie à l’hôpital, alors que jusqu’au milieu du siècle dernier, la plupart des personnes décédaient chez eux, entourés de leurs proches. Les établissements de santé de plus de 200 lits sont tenus de disposer de chambres mortuaires dont les services sont gratuits. Le CHU de Nancy en compte deux, situées non loin des chapelles : l’une située au sein de l’hôpital Central et l’autre sur le site de Brabois. Des équipes de soignants dotés de qualités humaines remarquables, en assurent la bonne marche avec un professionnalisme reconnu de tous.

Les activités des chambres mortuaires du CHU de Nancy sont organisées autour de deux missions fondamentales : la prise en charge des patients décédés et l’accueil du public. Les chambres mortuaires du CHU sont constituées de deux zones spécifiques dédiées à chacune de ces missions principales :
– des salons destinés à la présentation des corps des défunts, à leurs familles et à leurs proches. Ces lieux, décorés avec sobriété, sans affichage religieux ostentatoire, permettent également les opérations de mise en bière et les départs de corps, dans le respect de l’intimité des familles.
– une zone technique, réservée aux personnels de l’établissement et aux employés des opérateurs funéraires. Cette zone comprend les pièces basse température, la salle de prélèvements de cornées, la salle d’autopsie et une salle de thanatopraxie pour les soins de conservation réalisés par des prestataires extérieurs.
Un lieu est réservé aux ministres des cultes musulman et judaïque pour l’accomplissement des toilettes rituelles propres à ces confessions.

Soumis à une réglementation très stricte, notamment en matière de respect de délai (transfert des corps depuis les unités de soins limité à 10 heures, départ sans mise en bière dans les 24 heures en l’absence de soins et étendu à 48 heures en cas de soins de conservation) ou de procédures (reconnaissance du corps), les personnels des chambres mortuaires recrutés sur la base du volontariat, doivent faire preuve d’une rigueur à toute épreuve et d’un sens aigu du respect d’autrui et ce 7 jours sur 7, tout au long de l’année.

Accompagnant la douleur d’inconnus confrontés à une séparation insupportable, parfois révoltante, fut-elle annoncée (en particulier pour les malades chroniques), les personnels bénéficient de formation mises en place par l’établissement et adaptées aux exigences de leur métier : accompagnement de la fin de vie, accueil des familles en deuil, sensibilisation à la réglementation sur les décès en établissements, etc.
Ce bagage solide devient incontournable car ils sont à l’interface de plusieurs obligations : la gestion des exigences administratives des services hospitaliers, le respect des réglementations complexes, le contact avec les force de police et avec les prestataires de pompes funèbres.

Pourtant, c’est sans doute la cohabitation quotidienne avec la fragilité de l’existence qui forge leur personnalité et leur donne ce recul nécessaire pour affronter toutes les situations de deuil. Écoute, patience, empathie mais aussi dialogue, respect et sérénité sont les valeurs essentielles d’un travail incontournable dans la continuité du parcours de soins. Un accompagnement que le public qualifie volontiers de réconfortant, d’apaisant et de bienfaisant comme en témoignent les messages laissés par les proches de toute génération alors que l’institution hospitalière a parfois du mal à l’intégrer dans sa propre réalité.

Le vieillissement de la population et l’évolution des mentalités parviendront sans doute dans l’avenir à lever les tabous sur une réalité hospitalière que tout le monde soupçonne. En attendant, les professionnels des chambres mortuaires du CHU de Nancy poursuivent leur mission avec conscience et humanisme, car le deuil qui relève d’une histoire intime, s’inscrit dans une réalité universelle dont ils sont les maillons.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”