Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Accueil et communication : les futurs infirmiers apprennent la langue des signes

Accueillir et communiquer avec les patients sourds et malentendants : c’est l’ambition de l’unité d’enseignement facultative de Langue Signée Française (LSF) proposée aux étudiants de l’Institut en Soins Infirmiers (IFSI) du CHRU de Nancy. Élaborée en partenariat avec le pôle pédagogique de l’Institut des Sourds de la Malgrange, la formation s’attache à donner aux futurs soignants volontaires les clés qui leur permettront d’interagir efficacement avec les patients sourds et améliorer ainsi leur prise en charge à l’hôpital.

Accueillir et communiquer avec les patients sourds et malentendants : c’est l’ambition de l’unité d’enseignement facultative de Langue Signée Française (LSF) proposée aux étudiants de l’Institut en Soins Infirmiers (IFSI) du CHRU de Nancy. Élaborée en partenariat avec le pôle pédagogique de l’Institut des Sourds de la Malgrange, la formation s’attache à donner aux futurs soignants volontaires les clés qui leur permettront d’interagir efficacement avec les patients sourds et améliorer ainsi leur prise en charge à l’hôpital.
La formation basée sur le volontariat des étudiants s’articule autour :
– de l’éthique : pour que la présence d’un interprète ne soit pas un frein à la relation soignant / soigné liée aux notions de confidentialité, d’exactitude de l’information et de confiance,
– de la santé publique : pour l’adaptation des messages de prévention santé aux publics dédiés et l’organisation d’actions pour les faire passer,
– du social : pour l’amélioration de l’accès aux soins de ces publics en tenant compte de leurs besoins et de leurs attentes spécifiques. 

Initiée au CHRU de Nancy dès 2005 à l’IFSI Lionnois, sa mise en place à l’IFSI Brabois est en cours de réflexion. La formation, basée sur 10 heures d’enseignement par an, peut être suivie durant les 3 années d’études des futurs infirmiers qui n’ont qu’une seule obligation : avoir suivi le premier niveau pour accéder au niveau suivant. 
Une pédagogie progressive
– En première année, les étudiants apprennent les rudiments du langage signé et à analyser les problématiques de communication liées à la surdité,
– En deuxième année, le vocabulaire s’enrichit et les étudiants s’entraînent à gérer des situations professionnelles concrètes : prise de rendez-vous, questions de santé de base, demande du carnet de santé, etc. C’est apprendre également à adapter sa communication écrite par des phrases courtes et ciblées.
– Enfin, dans le dernier module, les futurs infirmiers sont placés dans une situation réelle et interagissent avec une population sourde. Règle d’or à appliquer : avoir en tête le sens de ce que l’on veut faire passer avant de démarrer l’échange signé, pour toujours aller à l’essentiel.

Chaque promotion est constituée d’un groupe d’une vingtaine de personnes maximum, pour favoriser l’interactivité avec les formateurs. Les méthodes pédagogiques utilisées : la dactylologie (dessins  associés aux lettres et     aux expressions du langage des signes décrivant le positionnement des doigts et des mains), des vidéos et d’autres supports texte et images. Les formateurs expliquent l’importance des expressions du visage et du langage corporel dans l’échange avec la personne sourde. Et encore davantage que pour n’importe quelle langue étrangère, la nécessité de pratiquer régulièrement la LSF pour ne pas perdre ses acquis.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”