Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alain Juppé, Maire de Bordeaux, élu Président du Conseil de Surveillance

Monsieur Alain Juppé, Maire de Bordeaux, a été élu à l'unanimité des suffrages exprimés moins deux abstentions, à la Présidence du Conseil de Surveillance du CHU de Bordeaux, le 12 juillet 2010, date de l'installation de cette nouvelle instance. Ainsi que le prévoit la loi, Alain Juppé a désigné comme Vice-Présidente Madame Marie Daspas, représentante des usagers et coordinatrice départementale de la Ligue contre le Cancer. Ce choix résulte de la volonté du Président Juppé de donner aux usagers une place éminente dans cette nouvelle gouvernance.

Monsieur Alain Juppé, Maire de Bordeaux, a été élu à l’unanimité des suffrages exprimés moins deux abstentions, à la Présidence du Conseil de Surveillance du CHU de Bordeaux, le 12 juillet 2010, date de l’installation de cette nouvelle instance. Ainsi que le prévoit la loi, Alain Juppé a désigné comme Vice-Présidente Madame Marie Daspas, représentante des usagers et coordinatrice départementale de la Ligue contre le Cancer. Ce choix résulte de la volonté du Président Juppé de donner aux usagers une place éminente dans cette nouvelle gouvernance.

Membres du Conseil de Surveillance
La composition du Conseil de Surveillance du CHU de Bordeaux est la suivante :
. Alain Juppé, Maire de Bordeaux
. Michèle Faoro, représentant de la Communauté Urbaine de Bordeaux
. Michèle Delaunay, représentant du département de la Gironde
. Jean Ganiayre, représentant du département de la Dordogne
. Solange Menival, représentant de la région Aquitaine
. André Weider, représentant de la commission de soins infirmiers de rééducation et médico-techniques
. Pr Nicholas Moore et Dr François Rouanet, représentants de la Commission Médicale d’Etablissement
. Didier Amiable et Marie-Ange Couaillac, représentants désignés par les organisations syndicales
. Dr Jacques Mas et Françoise Tissot, personnalités qualifiées désignées par la directrice générale de l’Agence Régionale de Santé
. Jacques Deschamps, personnalité qualifiée désignée par le Préfet
. Marie Daspas et Almuth Querre-Briest, représentants des usagers, désignées par le Préfet

Le Conseil de Surveillance, instance issue des dispositions de la Loi HPST * du 21 juillet 2009, a pour mission de se prononcer sur la stratégie de l’établissement et d’exercer le contrôle de sa gestion.

* La loi “Hôpital, patients, santé, territoires” (HPST) a été élaboré à l’issue d’un long processus de concertation et d’échanges, des débats issus notamment de la commission Larcher, des échanges des états généraux de l’organisation des soins (EGOS) et des conclusions des rapports Ritter et Flajolet. Il s’agit d’un projet d’organisation sanitaire et non de financement. A terme, elle doit permettre de mettre en place une offre de soins gradués de qualité, accessibles à tous, satisfaisant à l’ensemble des besoins de santé. Le texte de loi a été adopté le 23 juin 2009 par l’Assemblée nationale et le 24 juin 2009 par le Sénat. Il est paru au Journal Officiel le 22 juillet 2009.

Source : site internet du Ministère de la Santé et des Sports

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.