Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Allergologie : Création d’un centre régional au CHU de Poitiers

Allergologie : le CHU de Poitiers conforte son rôle de référent en Poitou-Charentes en ouvrant un centre régional d'allergologie le 3 mai prochain. L'offre fondée sur le regroupement des compétences et moyens s'adapte à la gravité et à la diversité des symptômes et… au calendrier pollinique.

Allergologie : le CHU de Poitiers conforte son rôle de référent en Poitou-Charentes en ouvrant un centre régional d’allergologie le 3 mai prochain. L’offre fondée sur le regroupement des compétences et moyens s’adapte à la gravité et à la diversité des symptômes et… au calendrier pollinique.

Une offre adaptée à toutes les manifestations allergiques
En cas de crise, les spécialistes interviendront en coordination avec les urgences.
Les allergies à risques, médicamenteuses et alimentaires seront traitées en concertation avec les différentes spécialistes.

Le suivi des patients sur le long terme sera assuré par le biais des réévaluations avec bilan allergologique tous les deux ans, voire moins si les symptômes se modifient ou ne sont pas contrôlés.

Les jeunes allergiques aux acariens et souffrant d’asthme recevront de préférence leurs traitements en hiver, période des virus et des acariens, alors que le traitement des adultes asthmatiques, moins sensibles aux infections mais plus aux pollens, sera renforcé au printemps.

Enfin, des rendez-vous rapides seront proposés pour des bilans allergologiques préopératoires, dans le cadre de suspicion d’allergie au latex ou de réactions peranesthésiques antérieures. L’offre comprend des tests diagnostics, conseils environnementaux, mise en place de traitements et réintroductions à risques, un suivi et un réajustement en fonction de l’évolution des allergies…

Le centre prévoit aussi de développer la recherche clinique avec le laboratoire inflammation allergies cytokines et en collaboration avec le réseau HUGO.

Les atouts du centre régional d’allergologie
Le centre dispose d’un plateau de consultations avec une coordinatrice pour les adultes, le Dr Marion Verdaguer, et une coordinatrice pour les enfants, le Dr Julie Mulliez.
Tous les spécialistes concernés par la prise en charge de la
pathologie allergique interviendront dans le cadre de cette activité de consultation, au sein d’une même unité de lieu.

Deux hôpitaux de jour adultes et enfants seront implantés à proximité des réanimations, conformément à la réglementation. Ces structures permettront de réaliser des diagnostics et des traitements « à risques ». Il s’agira de réaliser des tests ou de réintroduire progressivement les allergènes qui induisent des symptômes « violents » (venins d’hynoptères, médicaments, aliments…) en fonction de la nécessité diagnostique ou thérapeutique et du profil de chaque patient.
Au-delà du diagnostic et des tests de réintroduction des aliments, un plan d’accueil individualisé sera élaboré avec leur école. Pour que ce dispositif soit opérationnel dès la prochaine rentrée scolaire, les jeunes patients sont invités à venir au centre régional d’allergologie avant fin du mois de juillet.

Allergie – définition
L’allergie est identifiée par l’association d’un symptôme (rhinite, conjonctivite, asthme, urticaire,
oedème…) et d’une hypersensibilité qui est la réaction inadaptée du système immunitaire à un allergène. Le symptôme peut se manifester immédiatement ou de façon retardée, par l’atteinte d’un ou plusieurs organes. Il est donc indispensable de prendre en charge le patient dans sa globalité.

Les symptômes d’une même allergie et la sensibilité aux allergènes évoluent tout au long de la vie. Les allergies alimentaires, fréquentes chez le nourrisson et le jeune enfant, vont, pour la plupart, disparaître au cours du temps. Cette population présente potentiellement plus de risque de développer des allergies respiratoires.

Responsable du centre régional d’allergologie : Professeur Jean-Claude Meurice,
Numéro de téléphone unique pour les patients et les professionnels : 05 49 44 33 22

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.