Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ambroisie : niveau de risque élevé alerte le CHU de Nimes

Avis aux personnes allergiques « Les premiers pollens d’ambroisie viennent d’être identifiés sur le capteur de Bagnols sur Cèze et il est temps de mettre en place les traitements nécessaires » prévient le CHU de Nîmes. Les personnes ayant commencé une désensibilisation, traitement de prévention efficace contre cette pollinose, devront attendre les premiers signes cliniques pour démarrer le traitement symptomatique.

Avis aux personnes allergiques « Les premiers pollens d’ambroisie viennent d’être identifiés sur le capteur de Bagnols sur Cèze et il est temps de mettre en place les traitements nécessaires » prévient le CHU de Nîmes. Les personnes ayant commencé une désensibilisation, traitement de prévention efficace contre cette pollinose, devront attendre les premiers signes cliniques pour démarrer le traitement symptomatique.
Une surveillance renforcée dans le cadre d’un partenariat entre le CHU de Nîmes et le CH de Bagnols sur Cèze
Plante invasive et allergène repérée depuis une dizaine d’années dans la région lyonnaise,  l’ambroisie a progressivement envahi toute la vallée du Rhône pour atteindre la région de Pont Saint Esprit, puis Bagnols, la vallée de la Cèze, les vallées des Gardons. Redoutée pour son pollen fortement allergisant, l’ambroisie a fait l’objet de plusieurs mises en garde. Un arrêté préfectoral organise la lutte contre sa propagation avec, à l’appui, des campagnes de communication et des actions de sensibilisation auprès des communes, des services et des professionnels concernés. Rien n’y fait et les cas d’allergies estivales sont en constante augmentation dans le Nord du département du Gard alors que les cas restent très sporadiques autour de la ville de Nîmes et inexistants dans le sud du département.
La collaboration entre le CHU de Nîmes, qui apporte son expertise en matière de surveillance pollinique et le C.H. de Bagnols sur Cèze qui  a installé un capteur satellite sur ses toits et ouvert une consultation d’allergologie, ont permis de dresser un état des lieux en 2009, expérience qu’il est prévu de renouveler en 2014.
En attendant, compte tenu de l’importance de ce problème de santé publique, une convention unit les deux centres hospitaliers au Réseau National de Surveillance Aéroboiologique pour assurer la surveillance du contenu pollinique de l’air à Bagnols sur Cèze en Juillet, Août et Septembre, de manière à suivre l’évolution de l’exposition à ce pollen dans la région de Bagnols su Cèze et informer les personnes allergiques à l’ambroisie.
Les pollinoses ou allergies dues aux pollens sont décrites depuis la plus haute antiquité. Ces rhumes saisonniers étaient, pendant longtemps réservés au printemps avec le Rhume des foins attribué aux pollens de graminées. Depuis les années 1960 une nouvelle allergie pollinique est apparue : l’allergie au pollen de cyprès qui sévit en Languedoc-Roussillon, durant les mois d’automne et surtout en Hiver.  Il ne restait que l’été pour que les personnes allergiques puissent respirer sans risque dans la nature. Ce n’est plus le cas pour le nord du département désormais colonisé par l’ambroisie.
Contact
Dr Christine Fabre pour les informations cliniques : 06 20 72 29 73
Madame Fabienne Maillard pour l’analyse pollinique : 04 66 68 41 12
Pour recevoir le bulletin pollinique, faire la demande à : pollens.caremeau@chu-nimes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.