Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Amiens : référent cancer pour la Picardie

Parce que la Picardie est l'une des régions françaises les plus touchées par le cancer, le CHU Amiens-Picardie a organisé un front de lutte en 12 filières expertes qui font de lui le référent régional pour tous types de cancer, touchant tous les organes. Ce modèle offre aux patients un accès simple et rapide aux spécialistes hospitaliers et aux équipements high tech indispensables au diagnostic et aux soins. Ces unités réunissent plus de 400 professionnels de santé, dont 96 médecins spécialistes. Le CHU met en lumière leur activité à l'occasion de la semaine nationale contre le cancer du 19 au 24 mars.
Parce que la Picardie est l’une des régions françaises les plus touchées par le cancer, le CHU Amiens-Picardie a organisé un front de lutte en 12 filières expertes qui font de lui le référent régional pour tous types de cancer, touchant tous les organes. Ce modèle offre aux patients un accès simple et rapide aux spécialistes hospitaliers et aux équipements high tech indispensables au diagnostic et aux soins. Ces unités réunissent plus de 400 professionnels de santé, dont 96 médecins spécialistes. Le CHU met en lumière leur activité à l’occasion de la semaine nationale contre le cancer du 19 au 24 mars. 
Parmi les 12 filières cancer du CHU Amiens-Picardie, deux sont dédiées à des populations particulières, les enfants et les personnes âgées.
L’unité d’Onco-Hémato-Immunologie Pédiatrique accueille des enfants et adolescents, âgés de 0 à 18 ans, atteints de pathologies hématologiques bénignes, de déficits immunitaires ou de cancers. Les décisions thérapeutiques sont prises de façon collégiale en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) avec d’autres spécialistes en oncologie pédiatrique à un niveau inter-régional (avec Lille et Rouen). Chaque enfant bénéficie d’un parcours de soins individualisé (Plan Personnalisé de Soins, PPS) qui lui est remis par son médecin référent à chaque étape. La prise en charge se fait selon des protocoles nationaux ou internationaux, qu’il s’agisse de chimiothérapie, de chirurgie, de radiothérapie ou de thérapie ciblée. Après un bilan diagnostic complet (imagerie, bilans sanguins…) en hôpital de jour ou en hospitalisation, une évaluation et le traitement de la douleur de l’enfant ou de l’adolescent seront une priorité dès le début de la prise en charge et tout au long du traitement.
L’unité d’onco-hématologie pédiatrique du CHU Amiens-Picardie, gérée par le Dr Catherine Devoldère est un des 30 centres agréés par l’Institut National du Cancer (InCa) en France pour le traitement des cancers de l’enfant. L’unité est centre de référence et de coordination pour la Picardie et travaille en étroite collaboration avec les unités de pédiatrie des hôpitaux de proximité de la région et avec les centres de l’inter-région pour la radiothérapie et les greffes.
Les cancers des personnes âgées
L’oncogériatrie se place au carrefour de la Cancérologie et de la Gériatrie. Son objectif est d’améliorer la prise en charge globale des personnes âgées de plus de 75 ans atteintes de cancers ou d’hémopathies malignes. Les rôles des onco-gériatres de cette filière sont le dépistage de la fragilité médicale, psychologique ou sociale, par une évaluation oncogériatrique approfondie avant le début des traitements, une contribution à la prise en charge médicale pluridisciplinaire des cancers et un suivi personnalisé des patients âgés fragiles dans le cadre de la consolidation du lien hôpital-ville. L’unité de Coordination en onco-gériatrie (UCOG) de Picardie est placée sous la direction du Docteur Roxana Fournier-Oprisiu.
Les autres filières cancers sont
– Les cancers du sang, de la moelle osseuse et des ganglions
– Les cancers du tube digestif
– Les cancers du poumon
– Les cancers de la tête et du cou
– les cancers gynécologiques et les cancers du sein (Clinique du sein)
– les cancers de la peau
– les tumeurs du cerveau
– Les tumeurs rares ou avancées (oncologie Médicale)
– Les cancers de la thyroïde
– Les cancers de la prostate, du rein et l’appareil urinaire 
Ces prises en charge spécialisées sont complétées par des soins de support et un soutien pédagogique
Les soins de support couvrent différents domaines, de la psychologie au soutien social en passant par la qualité de vie avec les interventions socio-esthétiques, la gymastique Qi Gong, l’arthérapie, l’hypnoanalgésie. En oncopédiatrie, chaque enfant et sa famille se voient proposer un panel de soins de supports. Des représentants de l’éducation nationale, installés au sein de l’unité scolaire de l’hôpital, assurent la poursuite de la scolarité à tout niveau en cas d’hospitalisation ou long traitement. Les adolescents de 15-18 ans peuvent également passer le brevet ou le bac puisque le CHU est centre d’examens.
L’éducation thérapeutique quant à elle, est assurée au travers d’ateliers individuels ou collectifs. Il s’agit d’apprendre au malade à gérer la maladie. En relation avec le médecin traitant et l’oncologue, le patient devient acteur de son programme de soins. Il acquiert les connaissances nécessaires à une bonne compréhension les soins, gagne en autonomie et en maîtrise de la situation. Le programme débute dès l’annonce du diagnostic et à tous les stades de la maladie. Les ateliers sont consacrés à la fatigue ou la douleur, au traitement oral, à l’alimentation

Chiffres clés cancérologie CHU Amiens-Picardie*

‐ 20 services acteurs en cancérologie
‐ 19 013 séances de chimiothérapie
‐ 16 813 séances de radiothérapie
‐ 1 373 interventions chirurgicales cancérologie
‐ 44 276 séjours (dont séances de chimiothérapie et de radiothérapie)
‐ 5 réunions du Centre de Coordination de Cancérologie (3C) qui assure la mise en œuvre des Plans Cancer, de la pluridisciplinarité (RCP), les échanges entre praticiens, paramédicaux, adjoints administratifs participants à la prise en charge des patients atteints de cancer et la diffusion de l’information aux patients.
‐ 487 Réunions de Concertation Pluri-disciplinaire (RCP) inter-régionale (avec les centres hospitaliers de Lille, Rouen, Caen) et 6 560 dossiers examinés. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.