Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Angers : 580 000€ d’excédent pour l’exercice 2016

L’établissement angevin termine l’année en excédent de plus de 580 000 € au budget principal et maintient le cap de ses investissements. En dépit d’un contexte difficile dû à la baisse des tarifs, le CHU angevin a su préserver sa situation financière. Ces comptes certifiés "sans réserve" seront présentés le 19 mai 2017 au Conseil de surveillance de l’établissement.
L’établissement angevin termine l’année en excédent de plus de 580 000 € au budget principal et maintient le cap de ses investissements. En dépit d’un contexte difficile dû à la baisse des tarifs, le CHU d’Angers a su préserver sa situation financière. Ces comptes certifiés "sans réserve" seront présentés le 19 mai 2017 au Conseil de surveillance de l’établissement.
En 2016, l’activité du CHU a augmenté de 1,73% en volume, avec une hospitalisation complète stable et une hospitalisation de jour très dynamique (+4,9%). La masse salariale a, quant à elle, progressé de 1,73%. Les ratios prudentiels d’endettement restent inférieurs aux seuils réglementaires*.
Le CHU d’Angers peut, de la sorte, poursuivre son ambitieux plan d’investissement en 2017 : la réhabilitation complète de l’hôpital pédiatrique Robert-Debré à hauteur de 25 millions d’euros et le nouveau bâtiment U+ (urgences, soins critiques, imagerie) pour un montant de 120 millions d’euros.

Deux équipements importants d’imagerie médicale seront également remplacés et modernisés cette année : un des scanners de l’établissement (pour des activités de cardiologie, neurologie et vasculaire) et l’un des tomographes par émission de positions (Tep) du service de médecine nucléaire. Ces deux opérations représentent respectivement un coût de 828 500€ et 700 000€.
* Décret du 14 décembre 2011 
A lire sur le même sujet

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.