Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Après l’accréditation, la certification

Sur l'ensemble des 469 critères passés au crible par les experts visiteurs, 96 % d'entre eux ont été cotés A ou B et 4% ont été cotés C. A l'actif du CHU : la prise en charge de la douleur et l'accueil adapté des enfants et adolescents en grande souffrance, le respect des patients et de leur volonté, la formation des professionnels à l'écoute et aux droits du malade. Autres atouts : le dossier du patient qui obéit à des règles de gestion communes à tous les secteurs d'activité et la continuité des soins après la sortie planifiée et coordonnée.

Sur l’ensemble des 469 critères passés au crible par les experts visiteurs, 96 % d’entre eux ont été cotés A ou B et 4% ont été cotés C. A l’actif du CHU : la prise en charge de la douleur et l’accueil adapté des enfants et adolescents en grande souffrance, le respect des patients et de leur volonté, la formation des professionnels à l’écoute et aux droits du malade. Autres atouts : le dossier du patient qui obéit à des règles de gestion communes à tous les secteurs d’activité et la continuité des soins après la sortie planifiée et coordonnée.

Un bémol
L’identification et la prise en compte de l’ensemble des risques infectieux dans l’enceinte des blocs opératoires et la généralisation de la sécurité du circuit du médicament ont reçu une certification conditionnelle. Ces deux thématiques identifiées par l’établissement font l’objet depuis plusieurs années de travaux qui se poursuivent. Dans les blocs opératoires, de nombreux protocoles ont été réalisés et sont évalués régulièrement. Ils seront prochainement complétés et l’organisation réajustée si nécessaire. Enfin, des investissements sont programmés car le CHRU souhaite reconstruire à terme les blocs opératoires du site de Lapeyronie.
Quant au circuit du médicament, celui-ci sera amélioré par la prochaine mise en place d’un document partagé de prescription, de dispensation et de suivi. Cette nouvelle organisation sera accompagnée d’une informatisation de l’ensemble du circuit du médicament.

L’enquête de satisfaction auprès des patients

SAPHORA-CHU 2007, enquête de satisfaction des patients hospitalisés en court séjour conduite par un organisme extérieur auprès de 520 patients dans 23 CHRU, fait apparaître de nombreux points très positifs : la satisfaction des soins reçus est de 98 %, la politesse, l’amabilité du personnel et l’aide au patient sont appréciés à 96 %, le comportement des médecins à 94 %. Globalement, l’opinion générale sur le séjour est positive à 94 %. En revanche, 33 % des patients souhaitent une amélioration de la qualité des repas et 40 % d’entre eux demandent à bénéficier d’une plus grande information.

La qualité de prise en charge des patients et la réelle volonté d’amélioration des pratiques dans tous les domaines ont été reconnus tant par les experts de l’HAS que par les patients du CHRU. L’implication des personnels et la multiplicité des dossiers présentés chaque année au Prix Qualité de l’établissement témoignent de leur engagement dans la démarche d’amélioration continue des prestations du CHU.

Dossier suivi par Mme Cavalier
Directrice de la recherche, qualité, gestion des risques, droits du patient, affaires juridiques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.