Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au CHU, un robot arpente les couloirs

« Betty » roule pour les endoscopes ! Depuis quelques semaines, un curieux engin circule dans les services de l’hôtel-Dieu. Baptisé «Betty», c’est un robot futé qui transporte les endoscopes entre leur centre de traitement et leurs utilisateurs.

« Betty » roule pour les endoscopes ! Depuis quelques semaines, un curieux engin circule dans les services de l’hôtel-Dieu. Baptisé «Betty», c’est un robot futé qui transporte les endoscopes entre leur centre de traitement et leurs utilisateurs.
Après une phase d’essai commencée en octobre 2013, c’est désormais un robot qui transporte les endoscopes vers la réanimation médicale et le 2e étage de l’hôtel-Dieu. À l’aller, « Betty » fournit aux services des endoscopes stériles, au retour elle rapporte les appareils utilisés qui seront stérilisés au 5e étage, dans le centre de traitement des endoscopes (Cetres).
Le robot se déplace tout seul dans les couloirs des services qu’il a déjà reconnus. Sa programmation est simple : l’expéditeur sélectionne parmi les points de livraisons répertoriés celui qui l’intéresse, il remplit l’armoire sécurisée puis envoie le robot vers sa destination. L’itinéraire de ce dernier est suivi par le Cetres via un plan de localisation qui peut être installé dans n’importe quel ordinateur du CHU. Trois ascenseurs permettent au robot de changer de niveau : il lui suffit de s’approcher de la porte pour prendre la main sur l’ascenseur entre ses étages de départ et d’arrivée.
La machine s’arrête et se détourne si elle rencontre un obstacle. Elle peut aussi être immobilisée à l’aide d’un bouton « arrêt d’urgence » si elle gêne le passage. On peut alors la déplacer manuellement, comme un chariot, pour qu’elle retrouve sa trajectoire et reprenne automatiquement sa route après quelques secondes d’analyse.
Un jumeau de Betty arrivera au le bloc opératoire et à la réanimation chirurgicale du PTMC au 2e trimestre 2014.

« Betty » complète le projet engagé avec l’ouverture en mars 2013 du centre de traitement des endoscopes souples thermosensibles, qui gère tous les endoscopes utilisés en hépato-gastro-entérologie, urologie, ORL et anesthésie-réanimation – en consultation ou au bloc opératoire. Le centre répond à plusieurs objectifs : professionnalisation des compétences, équipement de pointe, suivi technique optimisé, suivi microbiologique facilité, traçabilité améliorée, veille technologique permanente et suivi renforcé du parc des endoscopes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.