Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer, 2e cause de mortalité chez les jeunes

En France, 1.500 jeunes de 15 à 25 ans sont atteints d'un cancer, dont 200 en Pays de la Loire. Et c'est pour cette tranche d'âge que les progrès thérapeutiques sont les plus attendus. Depuis 2012, une équipe pluridisciplinaire coordonne à l’échelon régional les soins prodigués aux ados et jeunes adultes (AJA) souffrant de cancer. L'accent est mis sur l’éducation thérapeutique, thème de la journée d'étude du 9 décembre.

En France, 1.500 jeunes de 15 à 25 ans sont atteints d’un cancer, dont 200 en Pays de la Loire. Et c’est pour cette tranche d’âge que les progrès thérapeutiques sont les plus attendus. Depuis 2012, une équipe pluridisciplinaire coordonne à l’échelon régional les soins prodigués aux ados et jeunes adultes (AJA) souffrant de cancer. L’accent est mis sur l’éducation thérapeutique, thème de la journée d’étude du 9 décembre.
Le constat inquiète : les publications traitant de la survie chez les malades du cancer font apparaître une amélioration pour toutes les tranches d’âge, sauf celle des 15-25 ans. Pourquoi une telle disparité ? D’abord parce qu’aucun protocole n’a été développé pour cette frange de la population. Ensuite, parce que l’environnement psychosocial des jeunes est fait de ruptures, ruptures de soins, ruptures affectives. Les 15-25 ans consultent moins, moins rapidement et ne prennent pas leur traitement…
Spécialisés dans le traitement des tumeurs solides et osseuses sur les 15-25 ans et les jeunes enfants, le Dr Nadège Corradini et son équipe nantaise ont piloté un groupe de travail, axé notamment sur l’éducation thérapeutique : « L’échelle de la ville ne suffisant pas, les CHU de Nantes, d’Angers et l’Institut de cancérologie de l’Ouest (ICO) ont élaboré un projet régional pionnier pour l’éducation thérapeutique et sur la transversalité des soins spécifiques.»
Après évaluation, des séances individuelles ou collectives d’éducation thérapeutique sont proposées ainsi que la participation à des groupes de paroles, des ateliers d’expression et un accompagnement pédagogique…
Au complet depuis un an et intervenant sur les trois structures partenaires, l’équipe réunit cinq oncologues, une infirmière de coordination, une infirmière d’éducation thérapeutique, une conseillère d’orientation, un psychologue.
Nantes et Angers, experts régionaux en éducation thérapeutique
Plus de 250 professionnels de santé et associations de patients vont participer à la 2e journée régionale d’éducation thérapeutique (ETP) organisée par les CHU de Nantes et Angers le 9 décembre 2014 à l’espace Port-Beaulieu à Nantes. Autour du thème "Se comprendre, s’accorder" les participants apprendront à davantage travailler  dans un cadre collectif afin de faire du patient un partenaire des soins. Lors des ateliers, les professionnels vont partager leurs expériences d’ETP adaptée à l’âge du patient et aux  spécificités de certaines pathologies (dépression, schizophrénie…). Il sera également question de nouvelles technologies et de la manière dont elles peuvent aider les soignants et les patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.