Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A Lyon, les bienfaits de l’acupuncture proposés aux patients atteints de cancer

Les Hospices civils de Lyon proposent la seule consultation publique d'acupuncture de la région dédiée aux patients atteints de cancer. Le recours à cette médecine chinoise vise à diminuer le stress et les effets secondaires des traitements, et à soulager la douleur physique et morale.
Les Hospices civils de Lyon proposent la seule consultation publique d’acupuncture de la région dédiée aux patients atteints de cancer. Le recours à cette médecine chinoise vise à diminuer le stress et les effets secondaires des traitements, et à soulager la douleur physique et morale.
« Je me suis formée à l’acupuncture avec la volonté de mieux comprendre l’humain et de proposer une prise en charge plus globale des patients », explique le Dr Marie Freichet, urgentiste et responsable de la consultation d’acupuncture au Centre Hospitalier Lyon sud-HCL
Reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé, l’acupuncture accompagne le patient cancéreux tout au long de ses soins. Tout d’abord, elle stimule puissamment les défenses immunitaires mises à mal par le cancer et les traitements. Elle réduit les nausées, aphtes, troubles digestifs, de l’humeur et du sommeil liés à la chimiothérapie et a même une action sur la perte des cheveux et le syndrome main/pied. En radiothérapie, elle minimise la fatigue et les brûlures. Enfin, pour l’hormonothérapie, elle peut diminuer les bouffées de chaleur, la prise de poids, les troubles du sommeil et du moral ainsi que les douleurs articulaires.
Des séances personnalisées. « Les séances durent entre 1 heure et 1 heure 30. Une seule peut suffire notamment dans les situations aiguës mais il est préférable d’en réaliser trois pour constater l’efficacité maximale de la discipline. Il existe des consultations d’acupuncture en périnatalité à l’hôpital de la Croix Rousse et à Lyon sud mais c’est la seule consultation publique de la région, dédiée aux patients atteints de cancer. L’acupuncture est une médecine complémentaire aidant le patient à supporter les effets secondaires des traitements oncologiques (chirurgie, chimiothérapie, immunothérapie, radiothérapie…). La prise en charge du cancer repose avant tout sur les traitements proposés par les oncologues, l’acupuncture vient en soutien, pour les patients qui le souhaitent », complète le Dr Marie Freichet.
Des bienfaits au fur et à mesure des séances. « Je suis arrivé sceptique et je ne pensais pas que l’acupuncture pourrait améliorer ma neuropathie des mains et des pieds due à la chimio pour mon myélome, mais au bout de 2 séances j’étais tellement soulagé… », témoigne un patient. L’effet des séances peut être différé ou immédiat. L’hôpital propose dix séances par semaine entièrement remboursées. Le chiffre pourra augmenter en fonction de la demande.
Pour en savoir plus ou prendre rendez-vous : 04 78 86 66 32/14 10

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.