Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardiologie de pointe : l’AP-HP mise sur la cartographie 3D

L'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) s'équipe d'un appareil de cartographie du cœur dernière génération pour améliorer le traitement des troubles du rythme cardiaque.

L’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) s’équipe d’un appareil de cartographie du cœur dernière génération pour améliorer le traitement des troubles du rythme cardiaque.
Avec le Rhythmia, développé par l’équipementier Boston Scientific, l’unité de rythmologie du Dr Françoise Hidden-Lucet (Département de cardiologie du Pr Gilles Montalescot) se dote ainsi d’un nouvel équipement beaucoup plus précis et plus rapide pour identifier les zones atteintes du cœur.
Une quarantaine de patients déjà traités 
Depuis juillet 2016, une quarantaine de patients avec des tachycardies de toutes origines ont été traités grâce au Rhythmia, avec un intérêt particulier pour les patients présentant des antécédents de chirurgie cardiaque. 70 à 80 patients par an devraient en bénéficier.
La tachycardie correspond à une augmentation du rythme cardiaque qui se traduit notamment par des palpitations chez le patient. Le rythme est créé par les impulsions électriques qui stimulent le muscle cardiaque et induisent sa contraction. Le traitement des tachycardies complexes nécessite d’identifier précisément la zone du cœur touchée qui se contracte de manière incontrôlée afin de rétablir le circuit électrique défaillant. Le traitement fréquent, l’ablation par cathéter, consiste à supprimer le tissu à l’origine des battements cardiaques irréguliers.
Rapidité et précision de la cartographie, des paramètres déterminants
Or, la précision de la cartographie conditionne l’efficacité de l’ablation en localisant au plus près les zones à éliminer. Sa rapidité est aussi importante pour localiser par exemple des tachycardies rapides que les patients ne peuvent pas tolérer plus de quelques minutes. 
Le Rhythmia présente l’avantage de capter les signaux électriques via l’introduction d’un cathéter caractérisé par un nombre de points de contacts plus grand que les dispositifs de cartographie habituels. Ce dernier comprend 64 électrodes unidirectionnelles permettant la récupération simultanée de signaux électriques de très faible voltage avec un signal de meilleure qualité. Le Rhythmia réalise le un traitement du signal avec une sensibilité élevée et présente une importante capacité de calcul et traitement des données en un temps très court.
Le 5e hôpital français équipé
Les Groupe hospitalier Pitié Salpetrière – Charles Foix, AP-HP, est le site de référence pour le traitement des troubles du rythme cardiaque par ablation avec plus de 600 procédures annuelles. A ce jour, il est le 5ème établissement hospitalier à disposer de cet équipement en France. 
Le Rhythmia vient compléter les techniques de cartographie actuelles dont dispose déjà l’hôpital Pitié-Salpêtrière, AP-HP. L’offre de soins pour les ablations est ainsi complète avec trois systèmes de cartographie pour améliorer la qualité du traitement. Avec l’installation de cet appareil, l’hôpital Pitié-Salpêtrière, AP-HP, devient également un centre de choix pour l’organisation de séances de formation avec des médecins français et étrangers souhaitant voir ce dispositif innovant fonctionner.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.