Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardiologie : une salle d’opération high-tech au CHU de Rouen

La nouvelle salle de rythmologie interventionnelle du CHU de Rouen est un modèle du genre offrant un réel gain de temps et une plus grande sécurité pour le patient. Ce concentré de technologie, baptisé Azurion et inauguré le 12 décembre 2017, est le fruit d'un partenariat entre l'établissement public et les sociétés Philips et Medtronic.

La nouvelle salle de rythmologie interventionnelle du CHU de Rouen est un modèle du genre offrant un réel gain de temps et une plus grande sécurité pour le patient. Ce concentré de technologie, baptisé Azurion et inauguré le 12 décembre 2017, est le fruit d’un partenariat entre l’établissement public et les sociétés Philips et Medtronic.

Gain de temps et prise en charge optimisée

Des outils intégrés, une connectivité absolue offrant une accessibilité à toutes les informations patient et des interfaces intuitives pour une meilleure interaction entre les équipes: tous les éléments techniques sont réunis au sein de cette nouvelle salle pour des prises de décision éclairées et rapides, des temps de procédures réduits et une prise en charge optimisée des patients. Cet aménagement s’inscrit dans le marché global innovant signé par le CHU avec avec la société Medtronic qui vise à développer le potentiel de prise en charge des patients, à améliorer l’efficience par de nouvelles organisations, et à encourager l’innovation thérapeutique.
"Nous attendons de cette nouvelle salle une meilleure gestion du temps médical. Par ailleurs, elle est bien plus spacieuse que l’ancienne, permettant aux anesthésistes d’y avoir une place dédiée. L’ergonomie a également été travaillée pour permettre des conditions de travail et de sécurité optimales", s’est félicité  le Pr Frédéric Anselme, cardiologue responsable de l’unité de rythmologie du CHU.

La nouvelle salle de rythmologie du CHU de Rouen intègre les derniers développements technologiques pour un meilleur confort de travail et une sécurité optimale
Depuis le 1er août 2017, le CHU de Rouen est déjà équipé d’un nouveau dispositif d’imagerie dédié aux procédures complexes de stimulation et d’électrophysiologie cardiaque. Aujourd’hui, avec la plateforme Azurion une nouvelle étape vient d’être franchie. Celle-ci présente de nouvelles fonctionnalités pour améliorer le flux de travail et de surveillance des résultats et offre une intégration transparente des informations en temps réel de toutes les technologies pertinentes dans la salle d’intervention.

Plus de 80% de dose de rayons X en moins

Tous ces éléments fonctionnent ensemble pour livrer une qualité d’image optimale tout en utilisant une dose de rayons X extrêmement réduite."Cette plateforme de dernière génération relève le défi de réduire la dose de rayons X de 80% tout en conservant une qualité d’image équivalente grâce à des technologies exclusives", expliquent ses concepteurs. Un bénéfice significatif pour les patients.
De fait, les normes de sécurité du  dispositif sont particulièrement élevées. A savoir par exemple, un environnement à dose de rayonnement ultra-basse grâce au positionnement sans dose, la pré-programmation de tâches de routine pour minimiser les erreurs de préparation, le contrôle total via l’affichage sur grand écran FlexVision Pro et sur l’écran tactile TSM Pro qui évite les déplacements des praticiens entre la salle d’examen et la salle de contrôle et diminue ainsi les ruptures de stérilité et le risque d’infection. En outre, les téléchargements de la liste de contrôle de l’hôpital peuvent aider à sauvegarder la cohérence de la procédure.

Une meilleure productivité et une meilleure qualité de soin

En pratique, le nouveau détecteur de 12 pouces offre des images de haute qualité et un champ de vision supplémentaire d’environ 40%, permettant un guidage exceptionnel en cardiologie. L’écran flexible de la table d’examen fournit un accès instantané aux données du patient pendant la procédure.

En exploitant les informations patient essentielles provenant de diverses sources, telles que les systèmes d’imagerie, les dispositifs d’intervention, les outils de navigation et les dossiers de santé des patients, Azurion fournit aux membres du personnel interventionnel le contrôle et l’information dont ils ont besoin pour travailler plus efficacement. Les fiches de procédures permettent notamment de pré-programmer les tâches de routine et les préférences personnelles, pour permettre un gain de temps et la prise en charge d’un plus grand nombre de patients.
Plusieurs postes de travail dans un service donnent aux cliniciens la possibilité de visualiser, de contrôler et de manipuler des applications et de passer de manière transparente d’une procédure à l’autre.L’interface intuitive et facile à utiliser d’Azurion contribue également à l’intégration plus rapide de nouveaux personnels. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.