Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Certification sans réserve des comptes 2018 pour le CHU de Lille

Pour la quatrième année consécutive, les comptes du CHU de Lille ont été certifiés sans réserve, au terme du rapport d’opinion des Commissaires aux Comptes du cabinet KPMG, présenté devant le Conseil de Surveillance le 27 juin. Frédéric Boiron, directeur général, a souligné "l’exhaustivité et la sincérité des comptes de l’établissement et a remercié les équipes comptables et financières du CHU et de l’administration des Finances Publiques pour leur professionnalisme et leur collaboration de grande qualité".
Pour la quatrième année consécutive, les comptes du CHU de Lille ont été certifiés sans réserve, au terme du rapport d’opinion des Commissaires aux Comptes du cabinet KPMG, présenté devant le Conseil de Surveillance le 27 juin. Frédéric Boiron, directeur général, a souligné "l’exhaustivité et la sincérité des comptes de l’établissement et a remercié les équipes comptables et financières du CHU et de l’administration des Finances Publiques pour leur professionnalisme et leur collaboration de grande qualité".
Cette certification sans réserve illustre la poursuite d’un partenariat dynamique formalisé en janvier 2019 par la signature du renouvellement de la convention de service Comptable et Financier pour les cinq années à venir entre le CHU de Lille et la Direction Régionale des Finances Publiques.

Un gain de marge brute de 13,4 M€

L’exécution de l’EPRD 2018 s’est traduite par une amélioration du résultat consolidé et une progression de la marge brute: la mise en oeuvre du Programme Modernisation et Equilibre 2019‐2023 porte ses premiers effets avec un gain de marge brute de 13,4 M€ passant de 39,5 M€ à 52,9 M€. Le taux de marge brute consolidée atteint désormais 4,4%, avec une hausse de 1,1 point par rapport à 2017.
Cette évolution favorable des résultats doit permettre au CHU de maintenir une notation financière de très bon niveau à la fois sur le court (P‐1) et long terme (A2) obtenue en novembre 2018. Le CHU a investi 58 M€ en 2018, et a en particulier poursuivi le projet Institut Cœur Poumon, dont les travaux s’achèveront fin 2020.
Frédéric BOIRON souligne la nécessité de maintenir cette dynamique en 2019 pour soutenir la capacité d’autofinancement du CHU, et donc préserver la dynamique d’investissement, pour les années à venir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.