Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chimiothérapie : système hyperthermique intra-péritonéale ‘CAVITHERM’

La chimio-hyperthermie intra-péritonéale (CHIP) est un traitement proposé pour traiter les lésions tumorales disséminées dans la cavité abdominale, sur le péritoine, formant ce que l'on appelle la "carcinose péritonéale". Elle s'adresse principalement aux carcinoses d'origine colique et ovarienne. Ce traitement nécessite dans un premier temps, l'ablation des lésions tumorales par exérèse chirurgicale. Lorsque toutes les lésions tumorales visibles à l'oeil nu ont été enlevées, l'abdomen du malade est rempli d'un liquide qui est chauffé à 42°C. Le liquide contenant la chimiothérapie, circule dans l'abdomen du malade pendant 1 h 30. Cette chimiothérapie va être au contact des cellules microscopiques restantes et sera plus efficace. C'est l'action combinée de la chaleur et de la chimiothérapie qui détruira ces cellules microscopiques.

La chimio-hyperthermie intra-péritonéale (CHIP) est un traitement proposé pour traiter les lésions tumorales disséminées dans la cavité abdominale, sur le péritoine, formant ce que l’on appelle la « carcinose péritonéale ». Elle s’adresse principalement aux carcinoses d’origine colique et ovarienne.

Ce traitement nécessite dans un premier temps, l’ablation des lésions tumorales par exérèse chirurgicale. Lorsque toutes les lésions tumorales visibles à l’oeil nu ont été enlevées, l’abdomen du malade est rempli d’un liquide qui est chauffé à 42°C. Le liquide contenant la chimiothérapie, circule dans l’abdomen du malade pendant 1 h 30. Cette chimiothérapie va être au contact des cellules microscopiques restantes et sera plus efficace. C’est l’action combinée de la chaleur et de la chimiothérapie qui détruira ces cellules microscopiques.

L’appareil ajuste en continu la température souhaitée quelque soit la variation du débit et les caractéristiques de l’environnement. Le fluide est mis en circulation par une pompe centrifuge qui fournit un débit régulier, réglable par l’utilisateur et empêche toute surpression. Le volume du fluide injecté au patient est contrôlé. Les différentes phases du traitement sont gérées intégralement par l’appareil sous contrôle de l’opérateur.

La Société EFS en partenariat avec le Laboratoire d’Hyperthermie d’Oncologie de Lyon Sud du Centre Hospitalier Lyon Sud ont mis au point un appareil, le Cavitherm, qui permet d’améliorer considérablement l’efficacité de ce traitement en régulant précisément le chauffage et la mise en circulation des fluides actifs.

L’Ecole des Mines de Saint-Etienne s’est associée depuis 1997 au programme de Recherche de la Chimio-Hyperthermie intra-péritonale des CHU de Saint-Etienne et de Lyon Sud.

Offert par le Comité de la Ligue contre le Cancer de la Loire, le Cavitherm sera inauguré mercredi 22 novembre 2006 à 15 heures, service de Chirurgie générale, digestive, thoracique et urgence, salle d’enseignement pavillon 2 – CHU-Hôpital Bellevue

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”