Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chimiothérapie : système hyperthermique intra-péritonéale ‘CAVITHERM’

Auteur /Etablissement :
La chimio-hyperthermie intra-péritonéale (CHIP) est un traitement proposé pour traiter les lésions tumorales disséminées dans la cavité abdominale, sur le péritoine, formant ce que l'on appelle la "carcinose péritonéale". Elle s'adresse principalement aux carcinoses d'origine colique et ovarienne. Ce traitement nécessite dans un premier temps, l'ablation des lésions tumorales par exérèse chirurgicale. Lorsque toutes les lésions tumorales visibles à l'oeil nu ont été enlevées, l'abdomen du malade est rempli d'un liquide qui est chauffé à 42°C. Le liquide contenant la chimiothérapie, circule dans l'abdomen du malade pendant 1 h 30. Cette chimiothérapie va être au contact des cellules microscopiques restantes et sera plus efficace. C'est l'action combinée de la chaleur et de la chimiothérapie qui détruira ces cellules microscopiques.

La chimio-hyperthermie intra-péritonéale (CHIP) est un traitement proposé pour traiter les lésions tumorales disséminées dans la cavité abdominale, sur le péritoine, formant ce que l’on appelle la « carcinose péritonéale ». Elle s’adresse principalement aux carcinoses d’origine colique et ovarienne.

Ce traitement nécessite dans un premier temps, l’ablation des lésions tumorales par exérèse chirurgicale. Lorsque toutes les lésions tumorales visibles à l’oeil nu ont été enlevées, l’abdomen du malade est rempli d’un liquide qui est chauffé à 42°C. Le liquide contenant la chimiothérapie, circule dans l’abdomen du malade pendant 1 h 30. Cette chimiothérapie va être au contact des cellules microscopiques restantes et sera plus efficace. C’est l’action combinée de la chaleur et de la chimiothérapie qui détruira ces cellules microscopiques.

L’appareil ajuste en continu la température souhaitée quelque soit la variation du débit et les caractéristiques de l’environnement. Le fluide est mis en circulation par une pompe centrifuge qui fournit un débit régulier, réglable par l’utilisateur et empêche toute surpression. Le volume du fluide injecté au patient est contrôlé. Les différentes phases du traitement sont gérées intégralement par l’appareil sous contrôle de l’opérateur.

La Société EFS en partenariat avec le Laboratoire d’Hyperthermie d’Oncologie de Lyon Sud du Centre Hospitalier Lyon Sud ont mis au point un appareil, le Cavitherm, qui permet d’améliorer considérablement l’efficacité de ce traitement en régulant précisément le chauffage et la mise en circulation des fluides actifs.

L’Ecole des Mines de Saint-Etienne s’est associée depuis 1997 au programme de Recherche de la Chimio-Hyperthermie intra-péritonale des CHU de Saint-Etienne et de Lyon Sud.

Offert par le Comité de la Ligue contre le Cancer de la Loire, le Cavitherm sera inauguré mercredi 22 novembre 2006 à 15 heures, service de Chirurgie générale, digestive, thoracique et urgence, salle d’enseignement pavillon 2 – CHU-Hôpital Bellevue

Sur le même sujet

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.