Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A Poitiers, trois nouveaux axes de prise en charge pour la chirurgie plastique

Chirurgie de la main, brûlologie et réassignation génitale : le service de chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice du CHU de Poitiers, dirigé par le Pr Franck Leclère, conforte et développe trois nouveaux axes de prise en charge, tout en s’appuyant sur une offre de soins pluridisciplinaire.

Chirurgie de la main, brûlologie et réassignation génitale : le service de chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice du CHU de Poitiers, dirigé par le Pr Franck Leclère, conforte et développe trois nouveaux axes de prise en charge, tout en s’appuyant sur une offre de soins pluridisciplinaire.
C’est un nouveau type d’intervention que s’apprête à proposer le service de chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice du CHU de Poitiers. Une offre de soins encore très peu développée dans les centres hospitaliers de l’Hexagone et de nombreux patient(e)s concerné(e)s qui restent en souffrance. Chirurgie du transexualisme, la vaginoplastie consiste en une réassignation génitale du sexe masculin vers le sexe féminin. Une activité de recours pour le CHU de Poitiers que le Pr Franck Leclère développera d’ici quelques mois. «Nous avons mis en place une réunion de concertation pluridisciplinaire constituée de psychiatres de ville et d’hôpital, d’un avocat spécialisé, de phoniatres, de chirurgiens ORL, urologues et plastiques, d’endocrinologues afin de définir le cadre médico-légal pour développer cette niche chirurgicale. Cette réunion de concertation pluridisciplinaire est un garde-fou et elle relaiera les demandes de prises en charge auprès de la Sécurité sociale, explique le chef de service. Cette activité, où les demandes sont fortes, permettra également de donner une étiquette internationale au CHU de Poitiers dans ce domaine
Après un clinicat à l’université de Berne en Suisse, le Pr Leclère a notamment travaillé, de 2013 à 2017, au sein du service de chirurgie plastique du CHU de Bordeaux où il a été formé à la réassignation génitale. Au sein du service de chirurgie plastique du CHU de Poitiers, qu’il a rejoint depuis près d’un an, le Pr Leclère assure aujourd’hui le suivi des patientes qu’il a opérées à Bordeaux (suivi gynécologique, urinaire…), proposant également des actes secondaires : retouches (lipofeeling, plastie de l’introitus), mise en place de prothèses mammaires… «Dès que la réunion de concertation pluridisciplinaire sera effective, nous pourrons pratiquer, au CHU de Poitiers, des actes primaires de vaginoplastie.» Une opération qui consiste en l’ablation des deux testicules et de la verge, la création d’un vagin (tapissé par la peau de la verge), d’un clitoris vivant et sensible, de petites et de grandes lèvres. Rappelons que pour cette transformation chirurgicale irréversible, un suivi psychiatrique préalable de deux ans est obligatoire.

Brûlures et pathologies de la main

Autres objectifs du service de chirurgie plastique du CHU de Poitiers : développer les prises en charge en matière de brûlologie sur des brûlures ne dépassant pas 20% de la surface corporelle et ne nécessitant pas de gestes de réanimation, et devenir, à terme, «un centre de la main de référence», en collaboration avec les orthopédistes. «Dans un premier temps, nous allons prendre en charge toutes les pathologies de la main froide – syndrome du canal carpien, doigts à ressaut, rhizarthrose, compression des nerfs périphériques… – et également les petites urgences», précise le Pr Leclère.
Le service compte actuellement quatre chirurgiens, dont le Dr Vincent Huguier et le Dr Intisar Ben Achour. Loin des clichés trop souvent relayés dans les médias,son activité ne se limite pas à la chirurgie esthétique. «Nous travaillons en collaboration avec de nombreux services : avec les chirurgiens digestifs pour réaliser des reconstructions après amputations abdominopérinéales ou dans le cadre de la chirugie post-bariatrique, avec les chirurgiens urologues pour les reconstructions du périnée, avec les chirurgiens ORL pour les reconstructions nasales, avec les chirurgiens gynéco pour les reconstructions mammaires (le CHU de Poitiers est le seul en Poitou-Charentes à proposer la technique autologue innovante du DIEP par exemple), ou encore avec les dermatologues dans le cadre de la carcinologie faciale…», illustre le Pr Leclère, très attaché à la «transvervalité» de sa discipline.

Recherche et enseignement

En s’appuyant sur le modèle SimLife*, et en collaboration avec le Pr Jean-Pierre Richer, le Pr Franck Leclère veut développer «un nouveau concept d’apprentissage» en microchirurgie autour du prélèvement et de l’anastomose de lambeaux libres, à destination des internes en médecine. Objectif : optimiser le geste, «l’un des plus compliqués en chirurgie plastique», dans le respect du temps opératoire. «C’est un apprentissage en situation de bloc, c’est-à-dire qu’il y a une courbe d’apprentissage qui se fait, mais sans limitation du nombre d’interventions», résume-t-il. «Un potentiel» que le Pr Leclère compte mettre à profit pour faire de «la recherche et de l’enseignement» : «Ces nouveaux paradigmes d’apprentissage répondent parfaitement à la réforme de l’internat.» Par ailleurs, le Pr Leclère est membre de l’unité Inserm U1189, dirigée par le professeur Serge Mordon, spécialiste de l’outil laser en chirurgie plastique, et travaille sur deux projets universitaires : l’un portant sur les microanastomoses vasculaires assistées par laser, le second sur le remodelage cartilagineux assisté par laser pour la correction d’oreilles décollées.
*Modèle de simulation unique sur cadavre revascularisé breveté par le laboratoire d’anatomie de la faculté de médecine et de pharmacie de l’université de Poitiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”