Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes s’équipe pour une chirurgie réfractive et cornéenne de pointe

Avec deux nouveaux lasers, Excimer et femtoseconde, le service d’ophtalmologie disposera prochainement d’un plateau complet pour la chirurgie réfractive et les greffes de cornée.

Avec deux nouveaux lasers, Excimer et femtoseconde, le service d’ophtalmologie disposera prochainement d’un plateau complet pour la chirurgie réfractive et les greffes de cornée.
Depuis début 2015, le service d’ophtalmologie utilise un nouveau laser de type «femtoseconde» qui permet de réaliser dans des conditions optimales les interventions de chirurgie réfractive (traitement de la myopie, de l’hypermétropie, de l’astigmatisme et de certaines presbyties) ainsi que des chirurgies cornéennes comme des greffes de cornée ou l’implantation d’anneaux intracornée (dans le kératocone).
Pour une chirurgie personnalisée
«Cet appareil affine la personnalisation du traitement par le réglage de nombreux paramètres tenant compte des petites particularités de chaque cornée, expliquent les Drs Bertrand Vabres et Isabelle Orignac, spécialistes de la chirurgie réfractive et cornéenne. C’est un gage supplémentaire de sécurité car la reprise chirurgicale est simplifiée en cas de complications – qui restent très rares.»
L’appareil Femto LDVZ6 fait l’objet d’un contrat d’utilisation et de maintenance par la société Medicare HTM, incluant la présence d’un technicien ingénieur qui se charge de régler l’appareil en fonction des paramètres déterminés à l’examen préalable. Il est utilisé au CHU trois demi journées par mois dans un premier temps.
Un équipement de pointe pour la chirurgie réfractive
Ce nouvel équipement complète un plateau de chirurgie réfractive qui sera prochainement amélioré par un laser Excimer de dernière génération. «Nous serons alors à même de proposer à nos patients de bénéficier, quelle que soit l’intervention, de la technologie la plus récente», s’enthousiasment les praticiens.
La chirurgie réfractive concerne les personnes dont la vue est stabilisée depuis au moins deux ans. Le délai d’obtention d’un rendez-vous pour une première consultation est généralement rapide mais cette consultation dure une heure trente car un examen minutieux et complet est nécessaire pour déterminer la faisabilité d’une intervention. Après un délai de réflexion, l’intervention
est programmée dans les six mois, selon les disponibilités du patient. Elle ne donne pas lieu à un arrêt de travail et la réhabilitation est généralement rapide dans les jours qui suivent.
Tarif: de 630 € à 980 € par oeil
Une intervention de chirurgie réfractive au laser est facturée, selon l’appareil utilisé, de 630 € à 980 € par oeil, de 1 130 € à 1 830 € pour les deux yeux. Ce tarif inclut bilan, intervention et cinq suivis pendant six mois. Certaines mutuelles prennent en charge tout ou partie du forfait.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.