Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHU : des lendemains qui chantent

Dans le cadre du Jubilé des CHU, 16 hôpitaux universitaires ont invité 500 auteurs originaires de toutes les régions françaises à proposer leur vision de « l'hôpital de demain ». Dans les textes reçus, il est question de sérénité dans un monde devenu vraiment hospitalier : les malades sont apaisés, la technique a eu raison de tous les maux, de toutes les souffrances.

Dans le cadre du Jubilé des CHU, 16 hôpitaux universitaires ont invité 500 auteurs originaires de toutes les régions françaises à proposer leur vision de « l’hôpital de demain ». Dans les textes reçus, il est question de sérénité dans un monde devenu vraiment hospitalier : les malades sont apaisés, la technique a eu raison de tous les maux, de toutes les souffrances.

Venir à l’hôpital, à pied ou en vaisseau spatial, ressemblera à un voyage initiatique. A l’entrée, les traitements de haute technicité seront prodigués dans une « bulle » de douceur. La prise en charge parfaite de la douleur, le confort, l’écoute et le maintien du lien familial figureront parmi les principaux atouts de l’hôpital du 4ème millénaire, plus accueillant et plus rassurant.

D’ores et déjà, les jurys de Bordeaux, Dijon, Lyon, Metz-Thionville ont élu leur gagnant et trouvé l’illustrateur du texte. Fin mai le CHU de Rouen porteur de l’événement et créateur du Prix Flaubert réunira les nouvelles lauréates afin d’éditer un livre riche et original issu de l’imagination fertile des adeptes de science fiction et des dessinateurs.

La présentation de l’ouvrage aura lieu à Paris lors de la fête du livre le 14 octobre 2008.

La MACSF prendra en charge les coûts de fabrication des 5 000 livres. 2 000 seront mis en vente via le réseau de distribution du Groupe La Martinière en France à un prix d’environ 10 euros. Sur la vente de ces ouvrages 4,5 € seront reversés aux CHU pour financer une action culturelle en faveur des enfants hospitalisés dans les CHU participants. Le CHU de Rouen centralisera les profits des ventes en librairies. Enfin, 3 000 livres seront répartis dans les CHU qui les mettront directement en vente afin de recueillir des fonds pour réaliser des projets en pédiatrie.

Présentation du prix Flaubert
Lancé en 2004 par le CHU de Rouen, le prix Flaubert est une opération « littéraire » réalisée au profit des enfants hospitalisés. Les fonds recueillis par la vente de l’ouvrage financeront des projets d’amélioration des conditions de séjour des enfants.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.