Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COVID-19 et cancer : solidarité, mobilisation et recommandations

Dans un contexte de crise liée au COVID-19, la Ligue contre le cancer a appelé à la mobilisation durant la Semaine nationale de lutte contre le cancer. Tandis que l'Institut Gustave Roussy précise les recommandations pour les patients atteints d'un cancer.

Dans un contexte de crise liée au COVID-19, la Ligue contre le cancer a appelé à la mobilisation durant la Semaine nationale de lutte contre le cancer. Tandis que l’Institut Gustave Roussy précise les recommandations pour les patients atteints d’un cancer. 
La Ligue contre le cancer rappelle que ce temps fort du combat contre la maladie "représente une occasion unique de se mobiliser pour les personnes malades et leurs proches. Alors que le coronavirus se propage sur le territoire français, les personnes concernées par le cancer ont plus que jamais besoin de notre soutien et de notre accompagnement."
La Ligue contre le cancer, premier financeur indépendant de la recherche en cancérologie, est la seule association à intervenir avant, pendant et après la maladie. Elle aide et accompagne les personnes malades et leurs proches et défend leurs droits. La Ligue répond par exemple actuellement à toutes les questions des personnes concernées par le cancer dans le contexte sanitaire de propagation du covid-19. L’association rappelle donc l’importance du don pour poursuivre ces activités essentielles. 

Recommandations de l’Institut Gustave-Roussy

L’Institut Gustave Roussy a par ailleurs publié le 16 mars 2020 des recommandations pour les patients concernant le coronavirus. Les visites aux patients hospitalisés sont interdites jusqu’à nouvel ordre, sauf cas exceptionnel, notamment en pédiatrie. Et les accompagnants ne sont plus autorisés pour les patients venant en consultation ou en hôpital de jour.
A l’arrivée à Gustave Roussy, un masque sera donné aux patients devant l’entrée (port du masque obligatoire dans l’Institut) et du gel hydro-alcoolique sera disponible à l’entrée (friction des mains obligatoire).
Autre disposition, les opérations et consultations non urgentes ont été reportées, après une décision médicale collégiale. Dans certains cas évalués médicalement, l’administration à l’Institut de traitements médicamenteux dont l’effet est relativement prolongé (type immunothérapie) pourra être temporairement reportée. Dans les deux cas, les patients concernés seront informés par les services qui les prennent en charge.

Téléconsultations

L’Institut Gustave Roussy a également mis en place des solutions de téléconsultation pour éviter aux patients de se déplacer tout en maintenant le contact entre patients et médecins pendant la mise en application de ces mesures. La délivrance de renouvellement d’ordonnances pourra être également dans certains cas faite à distance, en lien avec les pharmaciens de ville.
L’IGR indique que « le traitement pour un cancer ou les séquelles de ce traitement semblent augmenter de manière modeste, sur la base des données disponibles, le risque de développer une infection à coronavirus. De plus, le risque de complication de l’infection pourrait être majoré. Les vaccins (comme la vaccination anti-pneumococcique ou anti-grippale) doivent être réalisés conformément aux recommandations en vigueur et ces recommandations n’ont pas, à ce jour, été modifiées. Les tests diagnostiques du coronavirus ne se font pas en routine, aux urgences ou dans les autres services de Gustave Roussy. Ils sont réalisés dans des indications bien précises (infections graves), sur avis de l’équipe d’infectiologie ou d’hygiène, dans des laboratoires centralisés. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.