Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COVID-19 : les recommandations pratiques de la DGOS aux professionnels de santé

La Direction générale de l'Offre de soins rappelle qu'il est essentiel de conserver les capacités hospitalières pour les cas Covid les plus lourds.

La Direction générale de l’Offre de soins rappelle qu’il est essentiel de conserver les capacités hospitalières pour les cas Covid les plus lourds.
La DGOS donne ses directives pour tenir cette priorité "sans remettre en cause la prise en charge prioritaire d’autres patients non infectés. C’est pourquoi le rôle des professionnels de ville est primordial pour à la fois limiter la transmission virale au sein de la population, abaisser ainsi la pression sur le secteur hospitalier et permettre la continuité des dépistages et traitements nécessaires".

Les clés pour s’organiser

Afin de donner à tous, médecins comme paramédicaux, en ville et à l’hôpital, les clés permettant de s’organiser en conséquence, le ministère des Solidarités et de la Santé a collaboré avec les Conseils nationaux professionnels (CNP), les sociétés savantes, le CNUH et les ARS pour produire une série de recommandations pratiques traduisant la stratégie retenue pour cette 2ème vague épidémique. Celle-ci consiste à renforcer au maximum l’amont du secteur hospitalier ainsi que ses alternatives pour éviter toute hospitalisation non nécessaire,,et à fluidifier le suivi des patients hospitalisés entre séjours conventionnels ou programmés, soins critiques au sens large et soins de suite et de réadaptation (SSR).

En adéquation avec les derniers avis de la HAS

Les recommandations, qui intègrent les derniers avis de la haute autorité de santé (HAS) et du haut conseil de la santé publique (HCSP), couvrent la médecine de ville, la médecine d’urgence, l’hospitalisation conventionnelle et en soins critiques, les SSR. En plus de favoriser une meilleure articulation ville/hôpital, elles éclairent sur des mesures fortes comme:
le recours élargi à l’oxygénothérapie en dehors de l’hôpital, avec des critères stricts offrant toutes les garanties de sécurité ;
l’organisation des soins critiques avec le positionnement d’unités de soins intensifs Covid (« USI Covid ») dans la gradation des soins ;
la mise à disposition d‘outils pédagogiques sur les soins critiques pour les infirmiers et les aides-soignants ;
le soutien à la téléexpertise pour permettre à des médecins de recueillir l’avis de confrères experts à distance ;
la prise en compte de la dimension éthique dans la réorganisation des soins et les décisions individuelles concernant les patients.

Ces clés d’organisation doivent contribuer à la résilience de notre système de santé en répartissant mieux la charge en soins entre les professionnels de tous secteurs, qui combattent depuis des mois le coronavirus.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.