Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Création d’un pôle biologie-pathologie

L'installation du pôle de biologie pathologie marque une première étape dans le regroupement l'ensemble des laboratoires du CHRU qui sera achevé en 2006. Inscrite au plan hôpital 2007, cette opération bénéficie d'un dispositif immobilier original.

L’installation du pôle de biologie pathologie marque une première étape dans le regroupement l’ensemble des laboratoires du CHRU qui sera achevé en 2006. Inscrite au plan hôpital 2007, cette opération bénéficie d’un dispositif immobilier original.

Le regroupement des laboratoires impulse de nouvelles synergies médicales, organisationnelles et structurelles : médicales avec le renforcement de 4 axes de coopération, (oncologie, endocrino-métabolisme, pathologies inflammatoires et transplantation et greffes) ; organisationnelles avec la mise en place de zones communes (zone contrôlée, réception-tri-enregistrement des échantillons), et enfin structurelles avec le rapprochement des services d’anatomopathologie, de biochimie endocrinologie et de biochimie et biologie moléculaire.

Un dispositif immobilier original
Les 3 étages occupés par le pôle biologie-pathologie sont loués à la société SEDAF, société de promotion immobilière sur le site d’Eurasanté qui regroupe des entreprises et activités du secteur Biologie/Santé du CHRU de LILLE. L’originalité de la démarche réside dans la rapidité de transformation des 5000 m2 du pôle initialement conçus pour une activité tertiaire et que la société SEDAF a su transformer en quelques mois en centre de biologie.

Le CHRU de Lille compte aujourd’hui 23 laboratoires répartis sur l’ensemble des hôpitaux du site ainsi que sur le pôle Recherche de la Faculté. Les laboratoires emploient 688 personnes dont 138 médecins et réalisent plus de 7 millions d’analyses par an.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.