Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Démission de Jean-Jacques Romatet, directeur général de l’AP-HM

« Coup de tonnerre à l’AP-HM » titre la Provence du 31 mars, Jean-Jacques Romatet, directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a remis lundi 30 mars 2015 sa démission au ministère de la Santé. "Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, salue les efforts déployés par M. Romatet à la tête de l'établissement pour engager son indispensable redressement" a souligné le quotidien.

« Coup de tonnerre à l’AP-HM » titre la Provence du 31 mars, Jean-Jacques Romatet, directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a remis lundi 30 mars 2015 sa démission au ministère de la Santé. "Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, salue les efforts déployés par M. Romatet à la tête de l’établissement pour engager son indispensable redressement" a souligné le quotidien.
Catherine Geindre, actuelle directrice générale du centre hospitalier universitaire d’Amiens, lui succèdera à compter du 6 avril prochain.
Selon La Provence, la démission de M. Romatet survient quelques jours après l’adoption par la commission médicale d’établissement d’une motion refusant les modalités du contrat de retour à l’équilibre financier (cref) négocié avec l’Etat.

Eviter la crise de trop
Dans un message adressé au personnel le 31 mars, Jean-Jacques Romatet explique le motif de sa décision "rendre possible le dénouement de la crise actuelle, qui serait, si elle durait, la crise de trop pour l’AP-HM. La signature urgente maintenant d’un Contrat de Retour à l’Equilibre nécessairement rigoureux mais réaliste et faisable doit s’inscrire dans le cadre d’une responsabilisation collective interne absolument indispensable et s’appuyer sur l’accompagnement bienveillant de notre tutelle qui nous a tant manqué."
Et le directeur général conclut en ces termes "Notre AP-HM doit continuer à s’inscrire dans un fonctionnement responsable, lucide, propre, professionnel et solidaire. Elle doit, avec l’amélioration progressive de sa situation, rendue possible grâce au Cref, retrouver la confiance en elle-même, et la confiance de tous les siens."
"Je veux de tout cœur remercier de leur confiance celles et ceux qui portent et font l’AP-HM que j’ai eu l’honneur de servir, en tentant de lui être utile, jusqu’au bout."
Interrogé par l’AFP, le Pr. Guy Moulin, président de la commission médicale d’établissement (CME) s’est dit "surpris de la méthode, brutale, de ce remplacement ex abrupto du directeur général du 3e CHU de France." Le président de la CME, comme l’ensemble de la communauté médicale, a dénoncé la semaine dernière le contrat de retour à l’équilibre programmé par le gouvernement. "Le problème pour l’AP-HM, c’est le Cref, pas le remplacement de qui que ce soit".
Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et président du Conseil de surveillance  met en cause l’autorité de tutelle dans un communiqué en date du 31 mars. "Le départ de Jean-Jacques Romatet, le directeur général de l’AP-HM, n’est pas le fait du hasard. Il est la conséquence directe des exigences de l’Agence régionale de santé qui impose un plan de réformes drastique provoquant aussi bien l’hostilité des médecins que le rejet du personnel. Quand j’ai rencontré, hier, la Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine, j’ai demandé que Marseille bénéficie, dans ce contexte, de la même considération et du même traitement que les deux autres grands CHU nationaux à Paris et à Lyon." ajoute-t-il.

Et le premier magistrat de la ville de rappeler l’importance de l’AP-HM. « Ce n’est pas seulement leur santé (celle des Marseillais et des Provençaux) qui est en jeu ici. L’APHM constitue aussi un outil essentiel pour le rayonnement de Marseille, à l’échelle régionale et internationale. J’attends du gouvernement qu’il respecte notre ville !"

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.