Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des armoires à pharmacie automatisées pour plus de sécurité

Des armoires à pharmacie automatisées pour plus de sécuritéSécurisation, gain de temps et meilleure gestion des stocks : les services de réanimation chirurgicale de l'hôtel-Dieu et de l'hôpital Nord Laënnec sont maintenant pourvus d'armoires à pharmacie automatisées.

Sécurisation, gain de temps et meilleure gestion des stocks : les services de réanimation chirurgicale de l’hôtel-Dieu et de l’hôpital Nord Laënnec sont maintenant pourvus d’armoires à pharmacie automatisées.

«Dans le cadre de la sécurisation du circuit du médicament, les secteurs de réanimation sont particulièrement sensibles car le traitement de chaque patient peut varier d’un moment à l’autre, explique Jean-Claude Maupetit, directeur du pôle pharmacie-stérilisation. L’armoire sécurisée limite le risque d’erreur d’administration ainsi que les risques de confusion de dosages puisque l’infirmier ne peut accéder qu’aux médicaments correspondant au patient. Les emballages ou étiquettes similaires sont systématiquement placés dans des tiroirs différents. »

L’armoire comporte plusieurs tiroirs eux-mêmes divisés en cases dans lesquelles les médicaments sont disposés par les préparateurs de chaque pharmacie de site. Elle est pilotée par un ordinateur relié à Clinicom : l’infirmier saisit son code pour accéder à la liste des patients du service (en l’absence de prescription informatisée et d’interface, l’infirmier n’accède pas à la prescription). Une fois cette manipulation effectuée, des diodes s’allument, indiquant dans quels tiroirs et quelles cases se trouvent les médicaments à administrer. Du côté pharmacie, le suivi des stocks en direct est plus précis, mieux adapté : « Au rythme de deux livraisons par semaine, nous pouvons prévoir les ruptures de stocks, prendre en compte l’évolution des prescriptions pour les achats… Cela évite du surstockage inutile et beaucoup de déplacements pour réapprovisionner en urgence, par exemple ». Au sein du service, le temps gagné sur la gestion des armoires, désormais assurée par les préparateurs, permet aux infirmiers de consacrer à chaque lit 20 à 25 minutes de plus par semaine.

Généralisée aux Etats-Unis et au Canada, les armoires à pharmacie automatiséens commencent à se répandre en France. Elles seront déployées sur trois ans dans tous les services de réanimation du CHU de Nantes.

Coût d’une armoire : 33 000 euros.

Contact au CHU de Nantes : 02.40.16.55.36

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.