Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Développement durable : avec l’opération « Green bloc », Strasbourg donne l’exemple

27 kg de déchets soit l'équivalent de la quantité produite par une famille de 4 personnes en une semaine, voilà ce que génère en moyenne une opération chirurgicale. A eux seuls, les blocs représentent 30% des déchets émis par les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. Forts de ce constat, deux médecins anesthésistes sont passés à l'action, entraînant les équipes des blocs opératoires du Nouvel Hôpital civil et de chirurgie pédiatrique du CHU ainsi que celles de l'Institut Hospitalo-Universitaire dans la dynamique vertueuse de protection de la planète.

27 kg de déchets soit l’équivalent de la quantité produite par une famille de 4 personnes en une semaine, voilà ce que génère en moyenne une opération chirurgicale. A eux seuls, les blocs représentent 30% des déchets émis par les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. Forts de ce constat, deux médecins anesthésistes sont passés à l’action, entraînant les équipes des blocs opératoires du Nouvel Hôpital civil et de chirurgie pédiatrique du CHU ainsi que celles de l’Institut Hospitalo-Universitaire dans la dynamique vertueuse de protection de la planète.
Tous les professionnels intervenant au bloc ont été impliqués, chirurgiens, anesthésistes, IADE, IBODE,  IDE, aide-soignants et  via une action d’information, la création d’un groupe de réflexion et le lancement d’une enquête interne auprès des personnels de blocs. A partir de cette étude, trois mesures phares ont été arrêtées :
– Valoriser les métaux à usage unique utilisés lors d’interventions par la mise en place d’une filière de recyclage dédiée
– Rationaliser les plateaux d’anesthésie pour lutter contre le gaspillage
– Réduire voire une supprimer le protoxyde d’azote et les «  gaz anesthésiants » qui sont de puissants gaz à effet de serre
Elles sont actuellement testées dans les blocs de l’IHU, dans celui de pédiatrie de l’hôpital Hautepierre et dans ceux du Nouvel Hôpital Civil. Ces unités ont été retenues du fait de leur taille et de leur souplesse qui permettra de corriger rapidement les processus. 
Découvrez en image tous les détails de cette démarche de développement durable sur la chaîne YouTube du CHU de Strasbourg 
https://www.youtube.com/watch?v=hZA1hzsT_ME&feature=youtu.be

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.