Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Don d’ovocytes : le CHRU engagé aux côtés de l’Agence de biomédecine

Le 22 mai prochain, débute la campagne d'information sur le don d'ovocytes lancée par l'Agence de biomédecine. Dans toute la France, les centres référents relaient activement cette action de sensibilisation et diffusent largement le numéro vert 0800 541 541 ainsi que l'adresse du site internet www.dondovocytes.fr

Le 22 mai prochain, débute la campagne d’information sur le don d’ovocytes lancée par l’Agence de biomédecine. Dans toute la France, les centres référents relaient activement cette action de sensibilisation et diffusent largement le numéro vert 0800 541 541
ainsi que l’adresse du site internet www.dondovocytes.fr

Au 0800 541 541, les femmes qui souhaitent faire don de leurs ovocytes recevront toutes les réponses à leurs questions et seront orientées vers les centres référents. En région Centre, le service de Médecine et Biologie de la Reproduction du CHRU de Tours renseignera les demandes transmises par la plateforme d’appel national.

Qui est concerné par le don ?
Toute femme peut faire un don si elle a au moins un enfant, elle est âgée d’au moins de 37 ans et est en bonne santé

Don d’ovocytes en chiffres
Au CHRU de Tours, 15 à 20 personnes font un don d’ovocytes chaque année ce qui représente près de 8% de l’ensemble des dons d’ovocyte en France (250 à 300 par an). Les besoins nationaux sont donc loin d’être couverts

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.