Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Douleurs pelvi périnéales:l’équipe Nantaise devenue référence mondiale

Une approche thérapeutique originale Voici 15 ans, aucune solution thérapeutique n'était proposée aux hommes et aux femmes qui souffraient de névralgies du nerf pudendal. Sans cause lésionnelle identifiée, les douleurs périnéales chroniques contraignaient les patients à un périple complexe et long au sein de consultations spécialisées et variées. Ce n'est qu'en 1986 que G. Amarenco, neurologue à l'Hôpital Rothschild, émet l'hypothèse que ces douleurs ont pour origine une compression du nerf pudendal. Le Professeur Roger ROBERT, chef de service de neuro-traumatologie du CHU de Nantes et professeur d'anatomie, valide cette hypothèse en 1987.

Une approche thérapeutique originale
Voici 15 ans, aucune solution thérapeutique n’était proposée aux hommes et aux femmes qui souffraient de névralgies du nerf pudendal. Sans cause lésionnelle identifiée, les douleurs périnéales chroniques contraignaient les patients à un périple complexe et long au sein de consultations spécialisées et variées. Ce n’est qu’en 1986 que G. Amarenco, neurologue à l’Hôpital Rothschild, émet l’hypothèse que ces douleurs ont pour origine une compression du nerf pudendal. Le Professeur Roger ROBERT, chef de service de neuro-traumatologie du CHU de Nantes et professeur d’anatomie, valide cette hypothèse en 1987.

Cette découverte a permis au Professeur ROBERT, au Docteur Jean-Jacques LABAT, neurologue dans le service d’urologie du CHU de Nantes et au Docteur BENSIGNOR, responsable du centre anti douleur de la clinique Viaud d’établir un protocole de prise en charge original pour ces patients souffrant de douleurs chroniques, très invalidantes.

Via internet, les malades font la renommée internationale du service nantais
Depuis 1987, 3000 patients ont pu être traités par cette équipe multidisciplinaires et 350 ont bénéficiés d’une nouvelle technique chirurgicale, élaborée par le Professeur ROBERT. Ce nouveau protocole chirurgical a fait l’objet d’une étude randomisée. Actuellement, l’équipe nantaise est la référence mondiale pour cette pathologie.
Ainsi, par l’intermédiaire de sites Internet développés par les patients, cette équipe traite régulièrement des malades originaires de tous les continents. Ces derniers organisent eux-mêmes leur voyage et leur séjour à Nantes.

La formation d’équipes européennes et américaines
L’augmentation du recrutement de patients nécessite le développement d’une prise en charge par d’autres centres spécialisés, en métropole et à l’étranger.
Différentes équipes médicales (à Liège, Bruxelles, Rome, Mayo clinique de Rochester et Houston) sont en formation auprès des médecins nantais. Par ailleurs, plusieurs équipes françaises ont accepté ce protocole thérapeutique (Montpellier, Rouen, Lyon, Brest..)

Renseignements au 02 40 08 37 87

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.