Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Du concept room au concept ambulatoire : Lille designe les soins

2 000 hospitaliers, séduits par le concept room-Opus 1 dévoilé à Hôpital Expo 2012, ont fait part de leur intérêt pour la chambre d’hôpital futuriste et ergonomique imaginée par le CHRU de Lille et le Clubster Santé du Nord-Pas-de-Calais. Galvanisée par ce premier succès l’équipe a relevé l’ambitieux défi d’un nouveau modèle global d’architecture intérieure : le service ambulatoire optimisé. Cette unité sera exposée pour la première fois lors des Salons de la Santé et de l’Autonomie qui se tiendront du mardi 28 au jeudi 30 mai 2013 à la porte de Versailles.

2 000 hospitaliers, séduits par le concept room-Opus 1 dévoilé à Hôpital Expo 2012, ont fait part de leur intérêt pour la chambre d’hôpital futuriste et ergonomique imaginée par le CHRU de Lille et le Clubster Santé du Nord-Pas-de-Calais. Galvanisée par ce premier succès l’équipe a relevé l’ambitieux défi d’un nouveau modèle global d’architecture intérieure : le service ambulatoire optimisé. Cette unité sera exposée pour la première fois lors des Salons de la Santé et de l’Autonomie qui se tiendront du mardi 28 au jeudi 30 mai 2013 à la porte de Versailles.
Partant du constat que la chirurgie de demain sera principalement ambulatoire comme aux USA et ou en Grande Bretagne où cette activité représente respectivement 83%  et 79% de la chirurgie -contre actuellement 36% en France seulement-, les designers ont voulu anticiper cette progression annoncée. Ils ont fondé leur réflexion sur deux principes fondamentaux : la marche en avant* et l’autonomie du patient. Ils se sont intéressés au « process » de soins plutôt qu’à la chambre, mettant l’accent sur la cohérence et le confort du parcours du patient et de ses proches et sur l’ergonomie des postes de manière à simplifier le travail des soignants en hôpital de jour. Ainsi ils ont revu l’aménagement et l’enchaînement de son chemin clinique et l’ont décomposé en 3 zones : une zone «Accueil et prise en charge», une zone «Intervention et surveillance» et une zone «Rétablissement et sortie».
Les innovations majeures ont porté sur l’approche globale de l’espace ambulatoire repensé et optimisé  et sur le fauteuil 3 en 1 -lit– brancard – table d’intervention.
Le prototype du fauteuil lit du premier concept room a été revisité et enrichi par de nouvelles fonctionnalités : brancard avec une poignée adaptée pour les déplacements et table d’intervention comprenant la surélévation du fauteuil-lit sur caisson et la mise en place d’une protection textile
Le lit est doté d’accessoires médicaux et d’une tablette tactile sur bras articulé. L’ensemble bénéficie d’une ultra connexion permettant une mesure sans fils et à distance des paramètres vitaux par des capteurs comme la saturation en oxygène, rythme cardiaque et rythme respiratoire avec retranscription sur écran via un bracelet et via le fauteuil-lit et d’une traçabilité perfectionnée avec des puces pour radio-identification et retranscription en temps réel via écrans et SMS
 
Les espaces aux formes arrondies et épurées privilégient le bien-être, la convivialité et intègrent l’accompagnant tout au long du parcours.

Les partenaires du concept room
Le Clubster Santé, réseau des entreprises de santé de la région Nord-Pas de Calais, regroupe près de 150 membres et offre un cadre collectif favorisant les échanges et la collaboration. 30 industriels ont participé à la mise au point des concept-rooms opus 1 et 2.
Le CHRU de Lille
Intégrée dans le Projet d’Etablissement, la politique hôtelière a pour objectif de promouvoir une offre modernisée, potentiellement personnalisable, répondante qualitativement aux attentes des usagers et contribuant à l’avantage concurrentiel des pôles d’activités et à l’image de marque du CHRU
* « Marche en avant » = principe d’organisation des parcours patient et matériel qui consiste en une progression sans possibilité de retour en arrière (notamment en zone contaminée)
 Sur le même sujet
Une chambre conçue comme un soin

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.