Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

E-Bug : 1er projet éducatif scolaire européen concernant les microbes

Le CHU de Nice (Département de Santé Publique et Service d'Infectiologie) est le coordinateur français d'une initiative européenne originale déclinée dans 18 pays : E-Bug. Ce projet d'envergure vise à faire découvrir aux écoliers et collégiens l'univers des micro-organismes. Objectif : améliorer les connaissances de chaque enfant sur les microbes, leur transmission, leur traitement afin qu'ils adoptent dès leur jeune âge les bons comportements préventifs. Les élèves seront également sensibilisés à l'utilisation prudente des antibiotiques.

Le CHU de Nice (Département de Santé Publique et Service d’Infectiologie) est le coordinateur français d’une initiative européenne originale déclinée dans 18 pays : E-Bug. Ce projet d’envergure vise à faire découvrir aux écoliers et collégiens l’univers des micro-organismes. Objectif : améliorer les connaissances de chaque enfant sur les microbes, leur transmission, leur traitement afin qu’ils adoptent dès leur jeune âge les bons comportements préventifs. Les élèves seront également sensibilisés à l’utilisation prudente des antibiotiques.

Ces 18 pays représentant 76 % de la population européenne, ont été sélectionnés parmi les plus gros consommateurs d’antibiotiques et ont tous participé à l’élaboration de l’outil. Dès la rentrée scolaire de septembre 2009 e-Bug est mis en oeuvre dans 12 pays partenaires, 6 autres suivront à la rentrée scolaire 2010 et en perspective, les pays restant de l’Europe se verront proposer une participation.

Certaines classes des académies de Nice et de Bordeaux ont expérimenté ce programme éducatif en avant-première en 2008. A l’issue d’un enseignement pilote de ce module qui mêle habilement et de façon attrayante pédagogie, sciences et santé publique, une évaluation a été menée ainsi qu’un recueil de commentaires qualitatifs. La synthèse a ensuite servi à adapter e-Bug aux conditions d’enseignement sur le terrain en France.

La déclinaison française de ce programme scolaire a été assurée par le Département de Santé Publique et le Service d’infectiologie du CHU de Nice : Pr Pierre Dellamonica : chef de projet, Dr Pia Touboul : coordinateur national , Dr Brigitte Dunais : traducteur en partenariat avec l’Education Nationale, la Direction Générale de Santé, l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé) et la CNAMts (Caisse Nationale d’Assurance Maladie des travailleurs salariés) , ainsi qu’une association regroupant 60 % des enseignants de SVT au collège : l’Association des professeurs de biologie et de géologie.

L’équipe du CHU de Nice avait déjà participé à l’élaboration et la mise en oeuvre de la Campagne de Santé Publique «Antibios quand il faut » à partir de 2000.

En place dès la rentrée 2009

Les enseignants de CM1/CM2, de 6e et de 3e dans toute la France sont sollicités. Dès la rentrée scolaire en Septembre 2009, les directions du primaire et du secondaire ont reçu une lettre d’information du Ministère de l’éducation nationale cosignée par l’INPES les informant que le matériel éducatif « E-Bug » est à leur disposition. Neuf heures de cours construites sur un mode ludique et participatif sont proposées pour chaque groupe d’âge.

Des cas pratiques très instructifs sont prévus à l’issue de chaque cours : par exemple la fabrication de yaourt ou de pain pour expliquer le rôle de microbes utiles, la mise en scène d’éternuements, exercice d’actualité, pour mesurer la trajectoire des sécrétions respiratoires et montrer l’intérêt des recommandations d’hygiène.

Ce projet s’inspire d’une expérience pilote « Bug Investigators » menée auprès d’écoliers de 10 à 11 ans du Gloucesterchire (RU). En 2003, environ 300 élèves ont suivi un enseignement adapté sur les micro organismes utiles et pathogènes, la transmission des infections et l’intérêt d’appliquer les gestes simples d’hygiène, le traitement des infections parfois par les antibiotiques et la nécessité d’une utilisation appropriée de ces médicaments et la prévention des infections. L’évaluation a montré une amélioration de connaissances des élèves. La commission européenne a alors demandé à l’initiateur de ce projet Dr Cliodna McNulty d’essayer d’élaborer un projet éducatif scolaire européen aux pays grand consommateurs d’antibiotiques (accord Juin 2006 (DG Sanco grant, Programme of Community Action in the field of Public Health 2003 – 2008; Priority Area 2 – Health Threats; Action 2.5 – Antimicrobial Resistance)
Contribution globale de la CE : 1 120 000 €

Cette initiative s’inscrit dans une dynamique européenne de prévention et de santé publique déjà bien engagée notamment avec des actions telle que la seconde journée européenne d’information sur les antibiotiques qui se tiendra le 18 novembre 2009. A terme, un fonds homogène de savoirs en éducation santé sera construit à l’échelle européenne et servira de base aux recommandations édictées pour l’ensemble des pays de la communauté.

Pour en savoir plus : www.e-bug.eu

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.