Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Expérimentation de la 2nde version du manuel d’accréditation

Le Centre Hospitalier Universitaire d'Angers aura été, en 2000, le premier CHU à être accrédité. Auparavant, il avait été l'un des 4 CHU à participer à la phase expérimentale d'accréditation engagée 2 ans plus tôt par l'Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé (ANAES) En 2004, il est à nouveau parmi les premiers à tester la version 2 du manuel d'accréditation. Culture qualité oblige.

Le Centre Hospitalier Universitaire d’Angers aura été, en 2000, le premier CHU à être accrédité. Auparavant, il avait été l’un des 4 CHU à participer à la phase expérimentale d’accréditation engagée 2 ans plus tôt par l’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé (ANAES)
En 2004, il est à nouveau parmi les premiers à tester la version 2 du manuel d’accréditation. Culture qualité oblige.

L’aventure de l’accréditation version 2004
Pour développer sa culture qualité, le CHU d’Angers a estimé enrichissant de se lancer, à nouveau, dans l’aventure de l’expérimentation avec l’ANAES. L’expérimentation de la 2e version de l’accréditation va s’appuyer, à Angers, sur des projets et structures « qualité » internes déjà existants. Ainsi, les animateurs des groupes d’auto-évaluation de la nouvelle expérimentation seront-ils ceux des groupes de travail du Plan d’Amélioration Continue de la Qualité « 2003-2005 ». De même le Comité de pilotage qualité et le Conseil de la qualité valideront l’auto-évaluation.

Il aura également fallu associer des usagers et des professionnels extérieurs dans les groupes d’auto-évaluation. Au total plus de 100 personnes, réparties en 7 groupes, auront travaillé pendant 2 mois sur les thèmes (ou références) suivants :
1. Politique et qualité du management
2. Ressources humaines
3. Hôtellerie approvisionnement / Environnement et infrastructures
4. Qualité et gestion des risques
5. Système d’information et dossier patient

Pour ce qui concerne le chapitre sur la prise en charge du patient en service clinique, l’auto-évaluation expérimentale a été centrée, à la demande de l’ANAES, sur les soins de suite et de réadaptation et les soins de longue durée. Ce chapitre est traité sous 2 angles :
6. Prise en charge du patient dans ses orientations stratégiques, en termes de qualité de management et d’environnement du patient
7. Parcours du patient

Entre l’appel à candidature interne pour participer aux groupes d’auto-évalutation et l’envoi de l’auto-évalutation à l’ANAES, le délai imparti a été extrêmement court (3 mois et demi) :
– Janvier 2004 : appel à candidature interne pour participer à l’auto-évaluation
– Février / mars : réunions des groupes de travail
– Fin mars : synthèse et cotations des références, synthèse des référentiels
– Début avril : validation interne de l’auto-évaluation
– 10 avril 2004 : envoi de l’auto-évaluation à l’ANAES

Ensuite vient le temps de la visite expérimentale
– 11 au 14 mai 2004 : visite expérimentale sur site par 5 experts de l’ANAES

Enfin l’établissement sera associé -comme les 36 autres établissements expérimentateurs- au bilan global de cette procédure qui devrait permettre de faire évoluer le référentiel et la procédure qui seront utilisés pour la 2ème vague d’accréditation.

En effet, le CHU est engagé dans la procédure officielle de sa deuxième accréditation dans la perspective d’une visite fixée à juin 2005. A cette occasion, le travail d’auto-évaluation s’élargira à l’ensemble des disciplines cliniques. La procédure d’accréditation réelle débutera fin 2004. Gageons que l’expérimentation aura été de nature à l’enrichir et la faciliter.

L’évaluation s’affine
Deux changements de fond caractérisent la seconde version du manuel d’accréditation : l’évaluation des pratiques médicales et de l’offre de soins ; le service médical rendu étant une des principales préoccupations de la seconde accréditation – et la simplification de la démarche.
A ce titre, les établissements bénéficieront de la valorisation de leur expérience antérieure et de la capitalisation de leurs acquis. Par ailleurs, le nombre de références sera diminué mais les démarches de certifications de type ISO seront prises en compte.
A noter qu’au CHU d’Angers
4 secteurs d’activités sont certifiés ISO9001 (version 2000) : le service des équipements biomédicaux, l’unité de production culinaire, la blanchisserie et la stérilisation.

Enfin une meilleure lisibilité des comptes-rendus d’accréditation est promise aux usagers appelés à être plus impliqués dans la démarche.

Le CHU d’Angers précurseur
En 1998, l’ANAES avait sélectionné parmi 200 établissements volontaires, 40 établissements de santé pour tester sa procédure d’accréditation. C’est ainsi qu’entre septembre et décembre 1998, le CHU d’Angers avait pu tester, en avant-première, la procédure d’accréditation.

Au vu des résultats encourageants de cette expérimentation, l’Etablissement avait sollicité dès mai 1999 une accréditation officielle, étant ainsi parmi les premiers CHU à effectuer une telle démarche qui lui permettra d’être accrédité en octobre 2000.
L’Etablissement angevin aurait pu attendre sa seconde procédure d’accréditation à échéance de 5 ans, mais dès 2003, il se portait candidat auprès de l’ANAES qui était à la recherche d’établissements pour tester la nouvelle version de son manuel d’accréditation.

Le 9 décembre 2003, le CHU d’Angers apprenait que sa candidature était retenue. Son auto-évaluation, précédant une visite d’accréditation expérimentale, a été achevée en mars 2004.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.