Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Extension de l’Hôpital Sud et inauguration du nouveau bloc operatoire

Le 2 mars a eu lieu la pose de la première pierre de l'extension de l'hôpital sud permettant d'accueillir les activités du Centre Médico-Chirurgical Les Petites Roches. En même temps,le nouveau bloc opératoire ouvert a été inauguré. A noter l'architecture et l'organisation innovantes de cet équipement...

Le 2 mars a eu lieu la pose de la première pierre de l’extension de l’hôpital sud permettant d’accueillir les activités du Centre Médico-Chirurgical Les Petites Roches. En même temps,le nouveau bloc opératoire ouvert a été inauguré. A noter l’architecture et l’organisation innovantes de cet équipement…

Pose de la 1ère pierre du bâtiment de soins de suite et réadaptation du CHU de Grenoble

Le projet d’extension de l’Hôpital Sud est l’aboutissement des travaux engagés en 2001 avec l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Rhône-Alpes (ARHRA). Il est conforme aux besoins évalués sur le bassin de santé de Grenoble et répond aux orientations régionales.

Ce projet consiste à transférer sur la commune d’Echirolles les services de réadaptation du CHU de Grenoble aujourd’hui regroupés pour l’essentiel au Centre Médico Chirurgical (CMC) « Les Petites Roches » à Saint-Hilaire du Touvet. La localisation sur l’agglomération permettra des prises en charge en rééducation à la journée ou à la demi-journée (ce qui n’était pas possible sur le plateau de Saint-Hilaire du Touvet, trop éloigné).

Au sein du CHU, le pôle de réadaptation implanté sur l’hôpital Sud va structurer l’offre de soins, d’enseignement et de recherche de très haute qualité du bassin grenoblois, en complémentarité avec d’autres établissements. Ce pôle aura pour mission de réorganiser une offre de soins de suite avec une orientation volontariste sur la rééducation en neurologie et la poursuite des missions du CHU en rééducation orthopédique et traumatologique, en rééducation vasculaire et en soins de suite médicalisés cardiologiques.

L’extension de l’hôpital Sud est l’axe moteur de cette réorganisation. Elle est soutenue par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation Rhône-Alpes qui finance cette opération de 32,6 millions d’euros, comprenant quatre niveaux et près de 7 000 m2 de surface.

Inauguration du bloc opératoire ouvert en orthopédie-traumatologie,équipement innovant en termes d’architecture et d’organisation

Depuis décembre 2006, l’Hôpital Sud dispose d’un nouveau bloc opératoire. Au terme de quatorze mois de travaux d’un montant de deux millions d’euros, cet investissement répond à des orientations stratégiques cohérentes avec le projet médical du CHU.

Le choix a été fait d’un plateau technique unique et ouvert. Ce hall opératoire est un espace qui compte quatre cellules opératoires de 45 m2 chacune, contigües et dont l’une située à une des extrémités peut être isolée par des parois isolantes plombées qui permettent la prise en charge de patients septiques. Le principe d’organisation retenu est qu’un chirurgien travaille sur deux sites opératoires. Cela permet à un opérateur de passer d’une cellule à l’autre dès qu’il a terminé son geste sur le premier patient qui reste pris en charge par les anesthésistes. Ce fonctionnement favorise une performance accrue du personnel médical. Il permet également une optimisation des moyens humains mobilisés par une plus grande rotation des malades.

Construit pour les Jeux Olympiques de 68, l’hôpital Sud constitue le site hospitalier de prise en charge de «l’appareil locomoteur» et regroupe essentiellement une activité d’urgence traumatologique, de chirurgie orthopédique et de rhumatologie. En l’absence de rénovation du bloc opératoire depuis l’origine et compte tenu de la croissance de l’activité chirurgicale (3 650 interventions prévues en 2007), le CHU de Grenoble a entrepris de reconstruire le bloc Sud en modifiant totalement son fonctionnement non seulement pour répondre aux nouvelles normes, mais surtout, pour accroître la sécurité des patients. Le maintien d’un bloc opératoire performant permet de renforcer l’attractivité du pôle d’excellence grenoblois.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.