Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Fécondation In Vitro : un incubateur high tech pour optimiser les chances de grossesse

Le service de biologie de la reproduction du CHU de Bordeaux et du Centre d'Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS) vient d’acquérir un Embryoscope® de dernière génération, un système de culture embryonnaire innovant qui permet de maintenir l’embryon et d’observer son développement dans un milieu stable. Seuls trois hôpitaux possèdent un tel équipement en France et une centaine dans le monde.

Le service de biologie de la reproduction du CHU de Bordeaux et du Centre d’Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS) vient d’acquérir un Embryoscope® de dernière génération, un système de culture embryonnaire innovant qui permet de maintenir l’embryon et d’observer son développement dans un milieu stable. Seuls trois hôpitaux possèdent un tel équipement en France et une centaine dans le monde.
L’Embryoscope® fonctionne comme une étuve : chaque embryon est mis dans un puits spécifique, recouvert d’huile et maintenu dans des conditions de stabilité maximale pendant 2 à 5 jours et dans un environnement le plus proche possible de celui de l’utérus de manière à ce que l’embryon reste dans son milieu jusque l’implantation, ce qui limite  le stress et lui assure un meilleur développement.  « Grâce à l’Embryoscope® et pour le plus grand bonheur des futurs parents, nous avons augmenté de 10% le taux de succès – sur 157 tentatives  nous enregistrons 47 grossesses soit 39 %  à comparer aux 29% obtenus avec les autres systèmes de culture ! » se réjouit le Pr Clément Jimenez, chef du service de biologie de la reproduction et CECOS au CHU de Bordeaux.
L’incubateur est également équipé d’un système intégré d’observation qui prend des photographies de chaque embryon toutes les quinze minutes. « c’est une nouvelle vie pour un biologiste de la reproduction. On a maintenant accès à une observation après laquelle on courait depuis des années c’est-à-dire  le développement complet de l’embryon dès sa formation in vitro. » s’enthousiasme le Dr Aline Papaxanthos du service de biologie de la reproduction et CECOS au CHU de Bordeaux. L’Embryoscope® va permettre la réalisation d’un certain nombre de recherches, notamment des études multicentriques avec les centres hospitaliers qui disposent de l’appareil : quels sont les bons indicateurs du bon développement ? Quels sont les marqueurs cinétiques synonymes de pronostics favorables ? La manière dont se développe l’embryon a-t-elle des conséquences sur le devenir de l’enfant ?
Avec l’Embryoscope® le CHU de Bordeaux dispose aujourd’hui de toutes les techniques disponibles en matière de FIV et du meilleur et du plus innovant appareillage actuellement sur le marché.
Cette acquisition s’inscrit dans une démarche plus globale du CHU de Bordeaux, visant à une optimisation du matériel et de la qualité du laboratoire au niveau de la prise en charge de la FIV.
En savoir plus
En France, la probabilité d’accoucher suite à une FIV est passée de 14 % à 20 % en 20 ans.
35 FIV ont été réalisées par le biais de l’Embryoscope® au CHU de Bordeaux entre novembre 2012 et janvier 2013
Aucune sélection n’est effectuée du point de vue patient : les embryons sont systématiquement placés dans l’Embryoscope®, dans la limite des places disponibles.
L’Embryoscope® permet accueillir les embryons de 6 couples à la fois soit environ 15 couples par semaine.
Tout le personnel du laboratoire est habilité à utiliser l’appareil.
Contact : service de biologie de la reproduction et CECOS
Secrétariat : 05 56 79 56 81
CECOS : 05 56 79 54 31
Plus d’informations sur : www.chu-bordeaux.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.