Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Fibromes utérins : un traitement non invasif permet de conserver l’utérus

Alternative à l’hystérectomie, l’embolisation détruit efficacement les fibromes sans mutiler la femme, une technique que le CHU de Lyon souhaite généraliser. Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses) qui se développent sur l’utérus et dont la grosseur peut varier de la taille d’une noisette à celle d’un melon. Une femme sur deux serait concernée après 40 ans.

Alternative à l’hystérectomie, l’embolisation détruit efficacement les fibromes, une technique que  le CHU de Lyon souhaite généraliser.
Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses) qui se développent sur l’utérus et dont la grosseur peut varier de la taille d’une noisette à celle d’un melon. Une femme sur deux serait concernée après 40 ans.
Très invalidants au quotidien, les fibromes sont peuvent entraîner des saignements menstruels abondants et prolongés, une envie fréquente d’uriner, des douleurs dans le bas-ventre, dans le bas du dos, lors des relations sexuelles.
Si les traitements médicamenteux peuvent stopper certains symptômes, ils réapparaissent dès l’arrêt du traitement. L’ablation de l’utérus(hystérectomie), est le plus souvent proposée.

Une technique à généraliser car non mutilante

Le service de radiologie interventionnelle de l’hôpital Louis Pradel souhaite généraliser un autre traitement : l’embolisation. Elle permet de conserver l’utérus et réduit le délai de convalescence à quelques jours contre plusieurs semaines en cas d’hystérectomie. Il s’agit d’un acte non chirurgical, réalisé sous anesthésie locale, qui ne laisse aucune cicatrice. Le principe de l’embolisation est de priver les fibromes de sang grâce à l’injection de microbilles synthétiques dans les artères de l’utérus.
Asphyxié, le fibrome ne reçoit ni oxygène ni nutriment. Ainsi, le ou les fibromes se nécrosent, se réduisent et les symptômes disparaissent définitivement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.