Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Fin de vie : accompagner les patients et soutenir les soignants

L'équipe mobile de Soins Palliatifs du CHU de Nancy intervient à la fois, auprès des patients hospitalisés à différents stades de leur maladie, auprès de leurs proches mais également auprès des soignants. Écoute, conseils et aide à la prise de décision sont les missions quotidiennes de cette équipe pluri-disciplinaire qui favorise avant tout une approche globale du malade.

L’équipe mobile de Soins Palliatifs du CHU de Nancy intervient à la fois, auprès des patients hospitalisés à différents stades de leur maladie, auprès de leurs proches mais également auprès des soignants. Écoute, conseils et aide à la prise de décision sont les missions quotidiennes de cette équipe pluri-disciplinaire qui favorise avant tout une approche globale du malade.

Sur demande du médecin en charge du patient ou du cadre de santé du service concerné, l’équipe mobile est sollicitée et intervient ainsi régulièrement dans environ 35 services du CHU de Nancy. Conseils spécifiques, aide à la gestion des symptômes pénibles dont la douleur, avis et soutien psychologique : les raisons de l’appel et la situation du patient sont détaillées dans une fiche permettant de définir les modalités d’intervention, ainsi que son degré d’urgence.
L’équipe pluri-disciplinaire est composée de médecins, d’infirmières, d’un psychologue, d’une assistante sociale et d’une secrétaire qui assure la liaison avec les services. « La pluri-disciplinarité s’explique par l’approche globale qui caractérise les soins palliatifs » précise le Docteur Thérèse Jonveaux, responsable de l’équipe mobile. « Il faut considérer les antécédents et la situation médicale du patient, mais également l’histoire de sa vie et de son entourage ».

Le soutien psychologique proposé aux patients et à leurs proches est souvent la clé d’un mieux-être dans un contexte douloureux de fin de vie. Originalité : les soignants, eux aussi, peuvent bénéficier de ce soutien de manière informelle lors du passage de l’équipe mobile dans le service ou en participant aux groupes de parole animés par le psychologue de l’équipe, Rénald Lanfroy, et par une infirmière. « Ce moment privilégié offre aux professionnels confrontés à des situations de soins complexes la possibilité d’exprimer leur ressenti, et par là, de mieux appréhender une situation proche à venir ».

Initialement, l’équipe mobile avait comme mission d’ancrer la culture des soins palliatifs au sein du CHU. Mais, depuis sa création, la formation aux soins palliatifs étant devenue obligatoire dans les cursus médicaux et paramédicaux, cette part de l’activité est en constante augmentation. Ses membres interviennent dans les écoles et instituts de formation du CHU, à la Faculté de Médecine et dans les filières sanitaires et sociales. « Nous réalisons aussi des actions de formation continue à destination des professionnels hospitaliers, des médecins généralistes et des associations de patients » complète Patricia Umoret-Loreaux, infirmière, « car, malgré ses connaissances, un professionnel sur le terrain peut être en difficulté face à la complexité d’un cas qui ne ressemble jamais à un autre ». S’y ajoutent le renouvellement permanent des soignants, l’évolution des médicaments et de leurs méthodes d’administration. « La demande s’est modifiée. Un véritable partenariat s’est noué avec les services autour de la prise de décision engageant souvent une réflexion éthique », souligne le Docteur Catherine Lamouille, praticien de l’équipe.
Une collaboration est menée dans le cadre de la Fédération Inter-Hospitalière de Soins de Support pour maladies graves aux côtés de l’équipe Douleur, de l’équipe pédiatrique du CHU de Nancy et de celles du Centre Alexis Vautrin.

L’équipe mobile de soins palliatifs est aussi engagée dans des projets de recherche visant à formaliser et harmoniser les pratiques médicales sur le thème de la prévention de l’épuisement professionnel et du rôle de la personne de confiance encore trop méconnue. Reste que la principale vertu de cette équipe, c’est sa disponibilité comme le souligne Emmanuelle Houtmann, cadre de santé de l’équipe, « le plus important c’est que les services de soins sachent trouver de l’aide au bon endroit et au bon moment ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”