Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Formation médicale : Rouen mise fort sur la simulation

Le Medical Training Center, nouveau bâtiment de 3 000 m² dédié à l’apprentissage par simulation de la médecine et des soins, vient d’ouvrir ses portes au sein du CHU de Rouen. Un centre de référence à vocation régionale, nationale et internationale.
Le Medical Training Center, nouveau bâtiment de 3000 m² dédié à l’apprentissage par simulation de la médecine et des soins, vient d’ouvrir ses portes au sein du CHU de Rouen. Un centre de référence à vocation régionale, nationale et internationale.
«Nos pédagogies reposent sur les méthodes les plus innovantes telles que la simulation, la transmission et le traitement d’images numérique ou les jeux de rôle»,se félicite le Pr Benoît Veber, chef du service de réanimation chirurgicale du CHU et président du Conseil pédagogique du le Medical Training Center (MTC) de Rouen.
Ce centre de formation de nouvelle génération est destiné à l’entraînement des professionnels de santé, en formation initiale et en développement continu (DPC). Il y sera dispensé l’enseignement des techniques biomédicales de pointe développées au sein du CHU, dans toutes les disciplines, en particulier chirurgicales et interventionnelles. 
70 programmes de formation au catalogue
70 programmes de formations sont proposés, représentant l’implication de 20 disciplines médicales telles que la cardiologie interventionnelle, l’imagerie médicale, la chirurgie ou la génétique. D’autres disciplines sont appelées à contribuer à partir de 2017, y compris par une ouverture à d’autres établissements de santé partenaires du CHU. Une pluridisciplinarité inégalée parmi les centres de simulation en santé français.
Pour exemple, au nombre des formations réalisées en octobre 2016, on trouve le dépistage des malformations cardiaques par échographie en cardiologie fœtale, la réinnervation laryngée, en ORL. Parmi celles programmées au mois de novembre, le Pr Alain Cribier intervient sur l’implantation des valves aortiques par voie "minimaliste" transfémorale.
Parallèlement, le Centre d’enseignement de soins d’urgences (CESU) du CHU, riche d’un catalogue de formations mis en place depuis 2007, a été intégré au MTC Rouen, ce qui lui permettra de renforcer considérablement son offre.
Un investissement de 14 millions d’euros
Les investissements initiaux pour la réalisation de ce projet, incluant acquisition du terrain, construction du bâtiment, équipements hôteliers, biomédicaux, informatiques et vidéo, s’élèvent à un total de 14 millions d’euros. 
Le développement du MTC Rouen s’appuie sur un partenariat stratégique et financier du CHU avec l’université de Rouen, un soutien financier de l’Etat (contrat de plan Etat-Région), de la Région Normandie et de la Métropole Rouen Normandie et sur l’ouverture à des partenariats avec des industriels du secteur de la santé.
Ce centre pluridisciplinaire a plus largement pour vocation d’attirer et fidéliser les jeunes talents médicaux, d’accompagner la diffusion de l’innovation en santé auprès des partenaires industriels, et prioritairement les start-ups locales, au moyen de formations, d’événements, de tests ou de démonstrations d’équipements.
Une offre de formation unique en France, ouverte à l’international
Situé sur le pôle « Rouen innovation santé », au sein du campus hospitalo-universitaire, à proximité immédiate de l’hôpital Charles Nicolle et de la faculté de Médecine et Pharmacie, MTC Rouen bénéficie de 3000 m2 de bâtiments répartis sur trois niveaux, abritant des espaces médico-techniques (chirurgie, interventionnel, laboratoire, bio-informatique…), une vingtaine de salles de réunion, de simulation, de briefing et un amphithéâtre de 50 places.
Les moyens informatiques et audiovisuels, de haut niveau permettront de réaliser des séances de formation par vidéotransmission en direct depuis les blocs opératoires et salles interventionnelles du CHU de Rouen. La diffusion des vidéos pourra être assurée vers l’amphithéâtre mais aussi, plus largement, via un accès internet sécurisé. «L’intercommunication des moyens vidéo permet des échanges directs entre les professionnels n’importe où dans le monde. Cela offre une nouvelle dimension pédagogique», s’enthousiasme le Pr Cribier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.