Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

G4 : La coopération inter-CHU puissance 4

Les CHU d'Amiens, de Caen, de Lille et de Rouen se sont engagés dans un partenariat qui s'est concrétisé en décembre 2001, par la signature d'une charte.

Les CHU d’Amiens, de Caen, de Lille et de Rouen se sont engagés dans un partenariat qui s’est concrétisé en décembre 2001, par la signature d’une charte. Ces quatre établissements se donnent ainsi un cadre et des moyens pour mener des actions communes afin de mieux répondre aux besoins des 10 millions d’habitants des régions Basse-Normandie et Haute-Normandie,Picardie et Nord-Pas de Calais. L’inter-région Nord, comparable par ses dimensions à l’Ile-de-France, positionnerait l’inter-CHU au même rang que les grandes organisations hospitalières internationales.

Cette collaboration réaffirme les missions fondamentales des Centres
Hospitaliers Universitaires : la formation, les soins, l’innovation et la recherche.

La structure du G4

Un collège composé des quatre Directeurs Généraux, des quatre Présidents de CME, des quatre Doyens de Faculté détermine les choix stratégiques et leurs déclinaisons dans le respect des prérogatives des Conseils d’Administration.
Il se réunit au moins deux fois par an, sur convocation de son président -Didier Delmotte, Directeur Général du CHU de Lille, élu pour ce mandat d’un an. Le Collège fixe la composition des trois commissions (effectifs médicaux, recherche et Charte) et des groupes de travail permanents.

Une charte commune

Le développement de l’activité des CHU s’appuie sur 4 valeurs principales :
Le partage : Il se décline sous la forme d’une mise en commun
d’informations, de moyens mais aussi de répartitions d’activités ou de spécialisations préalablement définies.

La préférence : Chaque établissement s’engage à se tourner
préférentiellement, mais non exclusivement vers un de ses partenaires.

L’action : Les établissements s’engagent à se doter d’un programme d’actions communes inscrites dans un calendrier et comportant des mesures d’évaluation.

L’identification : Un logo commun aux quatre établissements symbolisera ce partenariat :

Des objectifs affirmés

Ce partenariat entre les quatre CHU cible principalement le développement des innovations (tant médicales que médico-techniques), de la recherche, des plateaux techniques et des équipes de haut niveau. Enfin, il vise à apporter des réponses communes à l’infléchissement de la démographie médicale.

Ces objectifs généraux se déclineront concrètement sur le terrain par
l’identification des pôles d’excellence et de référence de chaque CHU, le renforcement de la formation du corps médical prioritairement dans les disciplines sinistrées.

Des actions en marche

Le groupe des 4 étudie la possible mobilité des chefs de clinique entre les 4 établissements et réfléchit aux axes de recherches communs. Une réunion médicale organisée le 19 décembre 2002, a notamment permis de dégager les grandes orientations d’un programme de recherches commun dans les domaines de la cancérologie, des pathologies cardiovasculaires et digestives, des neurosciences. Le 6 février 2003, la mission CHU du plan « Hôpital 2007 » dont le rôle est de faire des propositions aux Ministres de la Santé et de l’Education Nationale sur l’évolution des CHU, a rencontré le G4. Le GIV prend place.

Consolider la recherche

Un des objectifs prioritaires du G4 est de développer de façon coordonnée des « pôles d’excellence » autour de thématiques à forte valeur de coopération inter-régionale (Cancérologie, Cardio-vasculaire, neurosciences, digestif, cancéropôle…). Cette initiative décuplera le potentiel de recherche des 4 CHU, ouvrant ainsi des perspectives de participation à des projets d’envergure internationale.

Répondre aux enjeux de la démographie médicale

Une « bourse d’échanges » inter-régionale commune a permis de créer en 2002, 4 postes de chef de clinique des universités-assistants des hôpitaux. 4 autres sont déjà prévus pour cette année. Le G4 veut également renforcer les aspects attractifs liés à une meilleure prise en compte des conditions d’exercice des praticiens.

Encourager les initiatives médicales et médico-techniques

Le G4 appuiera en priorité les projets multicentriques fédérant plusieurs équipes. Pour 2003, deux projets sont proposés : la stimulation du nerf vague dans le traitement des épilepsies pharmaco-résistantes de l’enfant et les Cardio Coated Stents.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”