Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grève aux urgences : 1/3 des services de l’AP-HP mobilisés

35%, c'est le taux de mobilisation des personnels dans les 25 services d’accueil des urgences (adultes, enfants, et spécialisés) de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Dans son communiqué en date du 23 avril 2019, l'institution fait le point sur le mouvement. Elle précise que ce taux n'a pas évolué par rapport à la semaine dernière. L'AP-HP rend aussi compte de l'avancée des négociations et des propositions concernant les effectifs et les lits d'aval et les rémunérations. Ainsi, un ratio effectif/activité devrait permettre à chaque établissement de définir ses besoins. Quant aux lits d'aval, ils seront déterminés par groupe hospitalier.

35%, c’est le taux de mobilisation des personnels dans les  25 services d’accueil des urgences (adultes, enfants, et spécialisés) de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP). Dans son communiqué en date du 23 avril 2019, l’institution fait le point sur le mouvement. Elle précise que ce taux n’a pas évolué par rapport à la semaine dernière. L’AP-HP rend aussi compte de l’avancée des négociations et des propositions concernant les effectifs et les lits d’aval et les rémunérations. Ainsi, un ratio effectif/activité devrait permettre à chaque établissement de définir ses besoins. Quant aux lits d’aval, ils seront déterminés par groupe hospitalier.
Le dialogue avec les organisations syndicales se poursuit et des échanges avec les professionnels des urgences et la collégiale des urgentistes de l’AP-HP vont s’engager rapidement afin de définir des ratios de personnels adaptés aux services d’urgence de l’AP-HP. Les effectifs des services d’urgences seront donc désormais normés, en définissant globalement puis hôpital par hôpital, le nombre d’effectif nécessaire en fonction du nombre de passages et des conditions physiques d’accueil, et ces effectifs évolueront ensuite proportionnellement à l’évolution de l’activité.
En parallèle et afin d’ajuster au mieux la réponse, des négociations seront menées localement, hôpital par hôpital, et porteront plus spécifiquement :

  • Sur les effectifs : les discussions au niveau local doivent permettre de mettre en œuvre sans tarder la répartition des 61 recrutements supplémentaires [1]annoncés la semaine dernière et répondre aux questions et besoins spécifiques à chaque service d’urgences en matière de brancardage, médiation sociale, sécurité,… ce qui pourrait se traduire par des moyens supplémentaires dès qu’il y a consensus local.
  • Sur la gestion des lits d’aval des urgences : au niveau des groupes hospitaliers, les discussions doivent permettre de s’assurer que le nombre de lits « disponibles » dans les services d’aval correspond bien aux besoins des services d’urgences.

Ces négociations locales, service d’urgences par service d’urgences, permettront des avancées pour les professionnels qui y travaillent.
La direction a également confirmé et détaillé devant les organisations syndicales et le collectif de personnels des urgences, les propositions faites la semaine dernière en matière de rémunération et notamment de généralisation du taux maximum de « l’indemnité pour travaux dangereux, incommodes ou insalubres » qui, pour 20 jours de travail, représente 65€ nets mensuels. En complément, la direction a également rappelé sa proposition d’un versement exceptionnel d’un forfait spécifique d’heures supplémentaires d’environ 250 € nets, soit un forfait de 20 heures pour les aides-soignants et de 15 heures pour les IDE, non imposable.
Ces propositions sur les rémunérations pourraient être mises en œuvre service par service, dès la sortie de la grève.
Enfin, la direction générale a proposé que, dans le cadre du projet de loi « Ma santé 2022 », les protocoles de coopération puissent être mobilisés d’une manière beaucoup plus importante dans les services d’urgences. Cela peut représenter 100€ de plus par mois pour les personnels concernés. La direction a proposé de faire accélérer le protocole « prescription radio par l’infirmière d’annonce et d’orientation » et de concevoir, avec les équipes des urgences, d’autres protocoles adaptés au fonctionnement en équipe de ces services."
[1] 45 dans les SAU adultes et 16 dans les SAU pédiatriques
D’après le communiqué de l’AP-HP du 23/04/2019

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.