Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grippe mexicaine, le CHU prend toutes les mesures nécessaires

Le CHU de Nîmes a réactivé préventivement le dispositif « Pandémie grippale » de son « Plan Blanc » pour faire face aux éventuels cas de grippe mexicaine.

Le CHU de Nîmes a réactivé préventivement le dispositif « Pandémie grippale » de son « Plan Blanc » pour faire face aux éventuels cas de grippe mexicaine.

A cet effet, la PROCEDURE en cas de suspicion d’une infection par le virus de la grippe mexicaine a été mise en vigueur :

1. Tout patient se présentant au service d’accueil des urgences pour lequel l’infirmière d’accueil suspecte un risque d’infection par la grippe mexicaine est doté d’un masque chirurgical et placé en chambre d’isolement.
Le personnel en contact avec le patient se protège par le port d’un masque filtrant et d’une tenue de protection : charlotte, gants, surblouse à usage unique.

2. L’infirmière d’accueil informe immédiatement le médecin régulateur des urgences qui détermine s’il s’agit d’un cas possible ou d’un cas exclu.

3. S’il s’agit d’un cas possible de grippe mexicaine, le médecin effectue un prélèvement naso-pharyngé grâce au kit de prélèvement prévu à cet effet. Le patient est hospitalisé dans une chambre d’isolement du Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (SMIT) du CHU.

4. Le prélèvement est adressé par transporteur au laboratoire de virologie agréé chargé de l’analyser.

Parallèlement, une CELLULE DE CRISE a été mise en place. Elle rassemble les médecins urgentistes, les médecins du SMIT et la Direction Générale du CHU et est organisée pour faire face à toute évolution de la situation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.