Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hernie discale lombaire : une nouvelle intervention sous scanner

Les douleurs lombaires sont un problème de santé publique majeur. On déclare en France près de 56 300 séjours hospitaliers par an pour hernie discale entraînant la plupart du temps, des arrêts de travail. Face à ce fléau, les traitements s'affinent et deviennent moins agressifs et moins coûteux.

Les douleurs lombaires sont un problème de santé publique majeur. On déclare en France près de 56 300 séjours hospitaliers par an pour hernie discale entraînant la plupart du temps, des arrêts de travail. Face à ce fléau, les traitements s’affinent et deviennent moins agressifs et moins coûteux.

Une douleur qui irradie le membre inférieur au point de ne plus pouvoir marcher ! il y a de fortes probabilités pour que ce soit une hernie discale.

Le diagnostic est d’abord suspecté cliniquement puis confirmé par une IRM ou un scanner réalisé après 1 mois de traitement médical dont le résultat n’est pas satisfaisant.
Ces examens permettent d’analyser de façon précise les rapports de la hernie discale avec les structures nerveuses. C’est ce conflit disco-radiculaire qui est responsable de la douleur irradiant dans le membre inférieur : sciatique ou cruralgie.

Des moyens thérapeutiques existent contre ces douleurs : antalgiques, anti-inflammatoires, rééducation et chirurgie en cas de résistance au traitement.
Depuis quelques années, grâce à l’émergence de technique d’imagerie interventionnelle sous contrôle scanner, des traitements radioguidés se sont développés.
En cas d’échec au traitement médical classique, il est possible de procéder à des infiltrations sous contrôle scanner au niveau de la hernie discale responsable de la douleur. Ces interventions se pratiquent en ambulatoire et nécessite un repos au lit pendant quarante huit heures après le geste. Malgré leur efficacité prouvée, certains patients souffrent encore de leurs sciatiques.

Une nouvelle arme thérapeutique a fait sont apparition au CHU de Nice venant s’ajouter à l’arsenal thérapeutique : la micro-herniectomie sous contrôle scanner.
Cette intervention consiste à réaliser sous anesthésie locale, sous asepsie chirurgicale une extraction de la hernie discale responsable de la douleur.
Le patient est allongé sous un scanner et un arceau de scopie, des repérages dans les 3 plans de l’espace permettent de s’assurer de la justesse du positionnement du matériel.
Une incision de 2 mm seulement permet d’introduire une sonde d’aspiration jusqu’au niveau de la hernie discale.
Enfin, on réalise une aspiration du fragment discal au contact du nerf. La hernie remonte par un procédé mécanique le long de la sonde. Elle est ensuite récupérée pour évaluer la quantité de matériel retiré.

L’intérêt de cette technique innovante réside dans son exécution en temps réel, sous anesthésie locale, indolore, durant en moyenne moins d’une heure et sans aucune cicatrice cutanée.

En cas d’échec de l’intervention, une opération par chirurgie classique pourra éventuellement prendre le relais. Une courte hospitalisation de 24 à 48 heures est nécessaire pour une surveillance post-interventionnelle.
Les résultats obtenus avec un recul de un an et demi sont très encourageants à condition de respecter les critères d’inclusions et les contre-indications .

Six CHU pratiquent cette technique

Cette procédure est réalisée depuis l’année 2004 au CHU à l’hôpital l’archet II par le Dr Amoretti Nicolas et le Dr Grimaud Anne dans le service du Pr Bruneton en imagerie médicale et interventionnelle. Six CHU pratiquent cette technique : Paris (Lariboisiere), Clermont-ferrand, Lille prochainement Strasbourg et Nancy. Le CHU de Nice a été le premier à pratiquer cette intervention (première publication).

La prise en charge des patients est effectuée en étroite collaboration avec les Dr Flory Philippe, Brocq Olivier du service de rhumatologie du Pr Euller-Ziegler.

Pour contacter le service
amoretti.n@chu-nice.fr
tél 04 92 03 63 53.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”