Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

HUGO décidé à booster le potentiel scientifique du Grand Ouest

Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes Tours : 6 CHU et 1 CHR* se retrouvent au sein d'une vaste interrégion : le territoire du grand ouest qui couvre près du quart de la France et accueille 17,6% de sa population soit : 11 millions d'habitants. Mais avec seulement 12% des effectifs hospitalo-universitaires et 10 % des chercheurs dans les domaines scientifiques, technologiques et dans les sciences du vivant, HUGO (Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest) souffre d'un déficit dans ce domaine. C'est pourquoi, dès sa création en 2005 HUGO a mis en place une délégation de la recherche du Grand Ouest. 4 ans plus tard le bilan se révèle positif...

Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes Tours : 6 CHU et 1 CHR* se retrouvent au sein d’une vaste interrégion : le territoire du grand ouest qui couvre près du quart de la France et accueille 17,6% de sa population soit : 11 millions d’habitants. Mais avec seulement 12% des effectifs hospitalo-universitaires et 10 % des chercheurs dans les domaines scientifiques, technologiques et dans les sciences du vivant, HUGO (Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest) souffre d’un déficit dans ce domaine. C’est pourquoi, dès sa création en 2005 HUGO a mis en place une délégation de la recherche du Grand Ouest.

4 ans plus tard le bilan se révèle positif : 35 projets hospitaliers de recherche clinique financés placent pour cette interrégion au 2ème rang après l’Ile de France. A son actif également l’élaboration d’un Schéma Interrégional d’Organisation des Soins comprenant des réponses collectives visible à travers la labellisation de centres de référence maladies rares, et un centre régional des infections ostéo-articulaires du Grand Ouest.

Aujourd’hui, les membres fondateurs souhaitent que l’interrégion HUGO, espace essentiel pour l’avenir, gagne en visibilité et contribue à une meilleure articulation entre la politique nationale et les réorganisations futures de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’écart qui existe entre la dimension de l’interrégion et son potentiel scientifique actuel dans les sciences du vivant justifie un véritable projet stratégique de développement. C’est tout l’enjeu et toute l’ambition que s’est donné le groupement HUGO.

Afin de pousser plus loin les partenariats interrégionaux en matière d’organisation des soins, d’enseignement, de recherche et d’innovation, HUGO se dote d’un Bureau coordonné par Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Brest et composé des présidents des commissions médicales d’établissement de Poitiers, de Rennes, d’Angers et de Tours : Professeurs Joseph Allal (Poitiers) et Norbert Ifrah (Angers), des directeurs généraux Christiane Coudrier (Nantes), Jean-Pierre Gusching (Orléans) et des doyens, les Pr. Philippe Delaval (Rennes) et Dominique Perrotin (Tours).

Trois groupes de travail complètent le dispositif
– Politique interrégionale d’organisation des soins coordonné par M. André Fritz, directeur général du CHU de Rennes,
– Enseignement par le doyen Jean-Michel Rogez (Nantes),
– Recherche et innovation par le Professeur Bertrand Fenoll, président de la CME de Brest

* Orléans

Contact
Monsieur Rémi Brajeul, directeur adjoint chargé
du pôle recherche CHRU de Brest
Tel. 02 98 22 39 66

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.