Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Imagerie médicale: Bordeaux s’équipe à la pointe

Le service de médecine nucléaire du CHU de Bordeaux s’équipe d’un TEP SCAN numérique, une première en Nouvelle- Aquitaine, et est le premier établissement français à se doter d'un KittenScanner: un scanner de taille réduite adapté aux enfants.
Le service de médecine nucléaire du CHU de Bordeaux s’équipe d’un TEP SCAN numérique, une première en Nouvelle- Aquitaine, et est le premier établissement français à se doter d’un KittenScanner: un scanner de taille réduite adapté aux enfants. 

Avec le TEP SCAN numérique, une résolution inégalée

Le TEP SCAN numérique constitue une évolution majeure en termes de qualité d’image: la technologie numérique apporte une amélioration de la sensibilité de détection et de la résolution spatiale, jusque-là inégalées. Ainsi, de toutes petites lésions, auparavant douteuses, deviennent clairement visibles permettant une plus grande certitude diagnostique en cancérologie, et dans bien d’autres domaines utilisant comme la neurologie. Cette technologie nouvelle permet en outre de réduire la dose de médicament radiopharmaceutique injecté au patient grâce à une meilleure sensibilité des détecteurs.

Avec le KittenScanner, l’imagerie médicale est un jeu d’enfant

Les images de qualité sont mieux acquises chez des patients réceptifs et détendus. Pourtant, la peur d’un enfant peut défier cet objectif. KittenScanner (un scanner à petite échelle) est conçu pour réduire la peur et éduquer de manière ludique les enfants sur le processus de numérisation. Pour cela, ces jeunes patients peuvent se rassurer en testant l’appareil au préalable sur leurs peluches.
Le KittenScanner est un tout nouvel équipement spécifiquement adapté aux enfants
La technologie numérique ainsi introduite sur le plateau technique de Médecine Nucléaire du CHU de Bordeaux ouvre la voie à une meilleure prise en charge des patients, ainsi qu’à de nouveaux travaux de recherche clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.