Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Inauguration du centre de simulation en santé rémois

Avec un nouvel espace de 134 m² réparti sur 4 salles, le centre de simulation en santé du CHU de Reims apporte une réponse à l’évolution des pratiques de soin et des modalités d’apprentissage. Installé au cœur l’Institut Régional de Formation (IRF) du CHU...

Avec un  nouvel espace de 134 m² réparti sur 4 salles, le centre de simulation en santé du CHU de Reims apporte une réponse à l’évolution des pratiques de soin et des modalités d’apprentissage. Installé au cœur l’Institut Régional de Formation (IRF) du CHU, le centre de simulation se présente comme un accélérateur d’expériences au profit des 1 000 étudiants rémois qui se préparent aux métiers de la santé et des professionnels dans le cadre de leur formation continue.
« Jamais la première fois sur le patient »
L’objectif premier du centre de simulation* est de renforcer la qualité et la sécurité des soins par l’amélioration des comportements individuels et collectifs et la coordination des professionnels. Les procédures enseignées tiennent compte de la complexité des situations de soins rencontrées aujourd’hui, de l’évolution de l’offre, des connaissances médicales et technologiques et des modes d’intervention en équipe. L’équipement permettra également d’appréhender la simulation comme un outil de Recherche au service de l’amélioration des comportements individuels et en équipes interprofessionnelles
La simulation en santé accessible à tous les professionnels et étudiants en santé
Les technologies de l’information et de la communication appliquées à la formation permettent aux nouvelles générations d’étudiants et de soignants de vivre des expériences interactives inspirées par des situations réelles. L’entraînement sur mannequin facilite l’acquisition de connaissances, de compétences et de comportements adaptés. La simulation associe formation procédurale aux gestes ou aux situations techniques et évaluation des pratiques professionnelles en renforçant les synergies d’équipe. Cette méthode est validée par la HAS comme méthode de Développement Professionnel Continu (DPC).  
Situé au premier étage de l’Institut, le nouvel espace de 134 m² offre des possibilités techniques et pédagogiques innovantes et performantes. Il comprend 2 salles de simulation, dont une chambre hospitalière et une salle de bloc opératoire ou technique équipées de matériel recréant parfaitement l’environnement professionnel. Elles disposent d’un système vidéo d’enregistrement et de traitement d’image et de son, et répondent aux besoins de la quasi-totalité des écoles et instituts de formation. La mutualisation des moyens techniques a incité à créer une régie partagée entre les deux salles de simulation proposée.
A ces locaux s’ajoutent 15 salles de simulation procédurale réparties sur toutes les écoles de l’IRF, un espace de 83 m² utilisés pour la réalisation des formations aux gestes et soins d’urgence et un patio où se déroulent des exercices simulés à l’extérieur. Le centre est également doté d’une 1 salle de débriefing comprenant 16 places assises avec diffusion vidéo en streaming simultané, débriefing avec horodatage des évènements. Grâce au Wifi, les étudiants qui suivent la séquence peuvent déposer des « tags » qui seront repris lors du débriefing.
Le centre est équipé de nombreux mannequins adultes, enfants, pédiatriques, gériatriques, parturientes… et 1 salle de débriefing comprenant 16 places assises avec diffusion vidéo en streaming simultané, débriefing avec horodatage des évènements. Le WiFi, après déclaration préalable, permet aux étudiants en salle de débriefing avec leurs ordinateurs ou téléphones portables de participer à la séquence en déposant des « tags » qui seront repris lors du débriefing.
Les formateurs du centre ont bénéficié d’un apprentissage à la simulation en santé. Certains sont titulaires de DU de formateurs à l’enseignement de la médecine sur simulateur ou en cours de DU ou de DIU en lien avec la simulation en santé. Des acteurs (comédiens ou conservatoire de théâtre) ou des usagers seront invités à prendre part aux sessions en reproduisant sans biais la réalité des soins
Centre de simulation : données repères
134 m² de superficie
 2 salles de simulation dotées de vitre sans tain dont une chambre hospitalière et une salle de bloc opératoire
Nombreux mannequins adultes, enfants, pédiatriques, gériatriques, parturientes…
1 salle de débriefing comprenant 16 places assises avec diffusion vidéo en streaming simultané, débriefing avec horodatage des évènements.
15 salles de simulation procédurale répartis dans les écoles et instituts
3 caméras IP HD et capture audio par salle
 1 régie, avec serveur audio/vidéo, un double affichage, des PC de contrôles pour les mannequins.
La mise en réseau informatique permet la diffusion des séquences simulées dans les salles de cours ou les amphithéâtres en direct.

Exemple de déroulement d’une séquence de simulation à l’IRF

Programmation : Les formateurs construisent leur séquence en respectant les différentes étapes. Le technicien multimédia prépare la séquence en amont avec l’intégralité de l’environnement et des besoins exprimés. La conception comprend 3 volets : une fiche d’intention pédagogique,  une fiche technique,  une fiche scénario. Une préparation physique telle que le ferait un agent en situation réelle est également prévue : habillement, respect des protocoles d’hygiène.
Briefing : Les étudiants prennent connaissance des conditions matérielles et de scénario de la séquence à venir et des conditions de départ de la situation – 1. Préparation du dossier d’intention pédagogique – 2. Cours théoriques – 3. Préparation des étudiants à la séance
Mise en situation : Les séances sont filmées, retransmises en simultané dans les salles de débriefing et enregistrées pour une exploitation ultérieure soit pédagogique soit en communication externe. Elles permettent au technicien multimédia, au formateur et/ou au facilitateur de suivre la séance et de lancer les programmes prévus par l’équipe pédagogique dans le scénario de simulation.

Débriefing : A l’aide de la vidéo ou non, les formateurs et/ou facilitateur débriefent la séquence de simulation effectuée et en tirent les éléments d’apprentissages, d’évaluation et de correction…
______________
En savoir plus sur l’Institut Régional de Formation (IRF) au CHU
Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims assure une triple mission de soins, de formation et de recherche au service de l’ensemble du territoire de Champagne-Ardenne et même au-delà de la région. Créé en 1982, l’Institut Régional de Formation (IRF) rassemble onze écoles et instituts de formations médicales et paramédicales avec pour mission première la formation de futurs professionnels qui exerceront leur métier au service de la santé des populations. Le centre de simulation et les projets pédagogiques innovants confortent l’Institut dans son statut de pôle de référence pour les régions voisines.
L’IRF s’inscrit dans le Schéma Régional de Formation Sanitaires et Sociales élaboré par le Conseil Régional. En 2015, ses 76 agents ont accueilli 1 014 étudiants.
Les structures de l’IRF
– 1 centre de documentation
– 1 centre de simulation
11 écoles, 12 formations
– Institut de Formation d’Aides-Soignants
– Institut de Formation d’Auxiliaires de Puériculture
– Institut de Formation d’Ambulanciers (formation d’Ambulancier et d’Auxiliaire ambulancier)
– Institut de Formation des Cadres de Santé
– Institut de Formation des Manipulateurs d’Electroradiologie médicale
– Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie
– Institut de Formation en Soins Infirmiers
– École d’Infirmier(e)s Anesthésistes
– École d’Infirmier(e)s de Bloc Opératoire
– École de Sages-Femmes
– École de Puéricultrices
*Le terme de simulation en santé correspond à l’utilisation d’un matériel (comme un mannequin ou un simulateur procédural), de la réalité virtuelle ou d’un patient standardisé pour reproduire des situations ou des environnements de soin, dans le but d’enseigner des procédures diagnostiques et thérapeutiques et de répéter des processus, des concepts médicaux ou des prises de décision par un professionnel de santé ou une équipe de professionnels. (Chambre des représentants USA, 111th congress 02-2009, Guide de bonnes pratiques en matière de simulation en santé, HAS, 2012).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.