Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Incubateur de diagnostic pour IRM : un nouvel outil de dépistage en néonatologie

Depuis quelques mois, le service de Pédiatrie B du Professeur Patrice Morville s’est équipé d’un incubateur pour examens par IRM. Seule une centaine de centres de néonatologie dans le monde dispose d’un système aussi sophistiqué. En France, le CHU de Reims est le premier établissement à s’être doté de cet appareil qui accroît les possibilités diagnostiques tout en préservant le confort des bébés prématurés. Sensible aux enjeux de la médecine néonatale, l’Agence Régionale de Santé (ARS) Champagne-Ardenne a financé cet appareil pour un montant de 250 000 euros.

Depuis quelques mois, le service de Pédiatrie B du Professeur Patrice Morville s’est équipé d’un incubateur pour examens par IRM.  Seule une centaine de centres de néonatologie dans le monde dispose d’un système aussi sophistiqué. En France, le CHU de Reims est le premier établissement à s’être doté de cet appareil qui accroît les possibilités diagnostiques tout en préservant le confort des  bébés prématurés. Sensible aux enjeux de la médecine néonatale, l’Agence Régionale de Santé (ARS) Champagne-Ardenne a financé cet appareil pour un montant de 250 000 euros.
Le pronostic neurologique : enjeu majeur de la médecine néonatale
souffrance cérébrale associée à un accouchement difficile et naissance en état de mort apparente ; malformations cérébrales… Toute la population des enfants vulnérables – prématurissimes < 26 semaines et grands prématurés < 32 semaines  est concernée.
Les différentes séquences d’IRM sont d’un apport considérable à l’analyse de l’état cérébral et peuvent contribuer à établir un pronostic précoce, essentiel à la conception des soins en réanimation et à la décision éthique. Par opposition, le scanner cérébral, très irradiant, donne peu d’informations sur l’état cérébral. L’imagerie cérébrale intègre ces éléments de pronostic sur l’avenir neurologique de l’enfant, la nécessité d’un suivi ou d’une prise en charge précoce.
Principal atout de l’incubateur pour examens par IRM : Des examens réalisés en toute sécurité avec une surveillance monitorée, dans une ambiance compatible avec les besoins de l’enfant (température et humidification).
Installé dans le service de réanimation avec les moyens appropriés, ventilation mécanique, CPAP nasale et oxygénation, perfusion, l’enfant est transporté sur le site de l’IRM, confortablement installé, la tête immobilisé par des mousses dans l’antenne 3T, l’isolant ainsi du bruit. 
Sur le site, l’incubateur est posé sur le plateau et introduit dans l’aimant. Une armoire amagnétique pousse-seringue – financée par le Comité Américain qui soutient l’American Memorial Hospital du CHU de Reims depuis sa création – permet la poursuite des traitements. L’examen peut ainsi être effectué rapidement et en toute sécurité sous surveillance monitoire du rythme cardiaque et de la saturation par un capteur néonatal.
Il n’y plus ainsi de manipulations inutiles et délétères, plus de changement d’environnement ni de variation de température : « Lorsque l’on commence l’examen, l’enfant est calme, on va donc plus vite et les résultats sont de meilleure qualité d’une part grâce à la qualité de l’antenne et d’autre part en raison du calme de l’enfant », conclut le Professeur Morville. Surtout, cela permet de réaliser des examens concernant des situations extrêmement graves, examens qui n’étaient pas réalisables auparavant.
Il est envisagé l’achat d’une antenne corps entier afin de pouvoir également réaliser des IRM thoraciques et abdominales, précieuses au diagnostic des malformations cardiaques et respiratoires, aux malformations uro-génitales ou abdominales.
Pour Patrice Morville : « La combinaison de ces techniques nous donnent aujourd’hui des renseignements extraordinaires concernant des situations particulièrement complexes et qui engagent la vie des patients et de leur famille. Confrontés à ces situations, les précisions anatomiques et fonctionnelles qui nous sont fournies objectivent l’information sur le pronostic, le traitement et les modalités du suivi. C’est un immense progrès pour cette population.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.