Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Innovation en imagerie radiologique : un système dédié à l’orthopédie

Le CHU de Bordeaux est le premier établissement de santé en France à acquérir le nouveau système d'imagerie radiologique EOS ultra low dose 2D|3D. Conçu par la société biospace med, il est installé depuis le 15 juin sur le site du groupe hospitalier Pellegrin du pôle d'imagerie médicale du CHU de Bordeaux. Dédié à l'imagerie ostéoarticulaire et à l'orthopédie, il permet d'étudier en position debout l'ensemble du squelette en délivrant une faible irradiation (10 fois moins).

Le CHU de Bordeaux est le premier établissement de santé en France à acquérir le nouveau système d’imagerie radiologique EOS ultra low dose 2D|3D. Conçu par la société biospace med, il est installé depuis le 15 juin sur le site du groupe hospitalier Pellegrin du pôle d’imagerie médicale du CHU de Bordeaux. Dédié à l’imagerie ostéoarticulaire et à l’orthopédie, il permet d’étudier en position debout l’ensemble du squelette en délivrant une faible irradiation (10 fois moins).

Le principe innovant en matière de détection est issu des travaux du Prix Nobel de Physique Georges Charpak ; il a été développé de façon expérimentale à l’hôpital Saint-Vincent de Paul (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris), puis en collaboration avec l’ENSAM en matière de reconstruction tridimensionnelle.
Le CHU de Bordeaux a décidé de doter les pôles imagerie médicale, pédiatrie et orthopédie-traumatologie du système EOS, solution numérique performante.

« Avec un tel équipement, nos équipes médicales peuvent étudier de manière précise les déformations de la colonne vertébrale (scolioses, déséquilibres antérieurs), les articulations des hanches, des genoux et des chevilles en charge…. Cet appareil permet ainsi d’évaluer et de choisir le traitement le plus approprié (traitement chirurgical des déformations rachidiennes, vertébroplastie…). Il apporte également une véritable valeur ajoutée en matière de recherche dans la mesure où la position debout est essentielle pour apprécier l’état de l’appareil locomoteur » commente le Pr Jean-Marc VITAL, chef de service de Chirurgie orthopédique et traumatologique B.

En outre, ce nouveau système permet de limiter les doses d’irradiation et répond ainsi à une inquiétude exprimée de façon croissante par les patients et les familles. De plus, il est en accord avec les recommandations européennes visant à maîtriser et réduire les doses délivrées.

Caractéristiques du système

– il reconstruit l’enveloppe tridimensionnelle du système osseux sans irradiation additionnelle et permet sur ce modèle la mesure d’indices cliniques nécessaires à l’orthopédie.

– il réalise à basse dose d’irradiation (environ 10 fois inférieure à du film standard) deux images radiologiques planes digitales face/profil, simultanées, d’un patient en position debout ou assise.

Activité estimée au CHU de Bordeaux – Service d’imagerie médicale

. 1850 patients par an
. Proportion : 2/3 d’adultes et 1/3 d’enfants
. Prépondérance des explorations rachidiennes

Les domaines d’exploration sont essentiellement
– rachis (scoliose, étude du disque intervertébral…)
– membres inférieurs (pangonogrammes, articulations de hanche, genou et cheville en charge
– analyse posturale globale

Les images obtenues sont utilisées à des fins de diagnostic, de traitement chirurgical (arthrodèses, prothèses) ou de suivi de traitement (corset).

Comment ça marche ?

– Le patient est exploré par balayage de deux ensembles tubes à rayons X / détecteurs. Ce système permet d’obtenir simultanément des images de face et de profil, de la tête aux pieds.

– La durée d’un cliché rachis est de 5 à 10 secondes, d’un corps entier de moins de 25 secondes.

– La ou les images sont affichées sur le poste manipulateur avec un réglage automatique de niveaux pour une bonne visualisation.

– Un post-traitement secondaire permet une visualisation volumique en 3D des structures osseuses assurant ainsi une meilleure évaluation des déformations rachidiennes dans les 3 plans de l’espace.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.