Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Installation du Conseil de surveillance, Michel Destot, maire de Grenoble, élu président

Le Conseil de surveillance du CHU de Grenoble a élu son président, Michel Destot, Maire de Grenoble et Président de l'Association des Maires des grandes villes de France, lors de son installation en présence de l'Agence Régionale de Santé vendredi 25 juin 2010. Il a désigné comme vice-président le Pr Jean-Luc Debru, doyen honoraire. Par ailleurs ce conseil intègre comme membre, le président de l'Université de Grenoble Farid Ouabdesselam.

Le Conseil de surveillance du CHU de Grenoble a élu son président, Michel Destot, Maire de Grenoble et Président de l’Association des Maires des grandes villes de France, lors de son installation en présence de l’Agence Régionale de Santé vendredi 25 juin 2010. Il a désigné comme vice-président le Pr Jean-Luc Debru, doyen honoraire. Par ailleurs ce conseil intègre comme membre, le président de l’Université de Grenoble Farid Ouabdesselam.

Michel Destot s’est réjoui de la confiance que lui a témoignée à l’unanimité le Conseil de surveillance. Il s’est engagé à poursuivre son engagement au service de l’hôpital public, à soutenir le directeur général dans une politique menée en bonne intelligence avec le personnel, le corps médical et l’administration.

Le Conseil a adopté le compte financier 2009 et entendu le directeur général sur l’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) 2010, qui sera arrêté après le directoire du 5 juillet.

Le Conseil de surveillance suivra avec attention la mise en oeuvre du projet d’établissement 2006-10 approuvé qui s’est déjà traduit par la mise en service récente de l’hôpital Couple Enfant (maternité, néonatologie, génétique) fin 2008, de l’Institut de rééducation Sud mi 2009, et de l’Institut de Biologie et Pathologie en juin 2010.

Axé sur la performance et l’innovation au service du territoire de Grenoble (700 000 habitants) et du sillon alpin (2 millions d’habitants en Isère, Savoie et Haute-Savoie), le projet d’établissement vise à rétablir l’équilibre tout en poursuivant la modernisation nécessaire des deux sites Nord et Sud, en améliorant l’attractivité des unités du CHU et leur performance, dans une forte ambition hospitalo-universitaire.

Première université à avoir fusionné dès septembre 2009 les premières années de médecine et de pharmacie, avec une pédagogie numérique innovante, l’université de Grenoble et le CHU ont programmé dans le cadre du plan campus de l’université de Grenoble la reconstruction des instituts de formation de niveau licence destinés aux futurs médecins, pharmaciens, sages-femmes et paramédicaux, dans un bâtiment commun sur le domaine universitaire à l’horizon 2014.

Université et CHU prévoient également de déposer fin 2010 un projet d’Institut Hospitalo-Universitaire axé sur les diagnostics, thérapeutiques et suppléances innovantes, fédérant les axes forts de recherche du site et les instituts thématiques dédiés aux neurosciences, au cancer et au développement, aux gestes médico chirurgicaux assistés par ordinateur, et à la biologie.

Le projet d’Établissement 2011–2015 en préparation sera délibéré par le conseil de surveillance début 2011. Il vise à répondre, dans le nouveau contexte de la loi Hôpital Patients Santé et Territoires, aux défis posés par l’adaptation des prises en charges au vieillissement de la population, aux évolutions technologiques, aux attentes de la population pour davantage d’information et de qualité d’accueil, une médecine et chirurgie moins invasives, des services à domicile en réseau avec l’ensemble des acteurs de santé du sillon alpin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.