Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Installation du Conseil de surveillance, Michel Destot, maire de Grenoble, élu président

Le Conseil de surveillance du CHU de Grenoble a élu son président, Michel Destot, Maire de Grenoble et Président de l'Association des Maires des grandes villes de France, lors de son installation en présence de l'Agence Régionale de Santé vendredi 25 juin 2010. Il a désigné comme vice-président le Pr Jean-Luc Debru, doyen honoraire. Par ailleurs ce conseil intègre comme membre, le président de l'Université de Grenoble Farid Ouabdesselam.

Le Conseil de surveillance du CHU de Grenoble a élu son président, Michel Destot, Maire de Grenoble et Président de l’Association des Maires des grandes villes de France, lors de son installation en présence de l’Agence Régionale de Santé vendredi 25 juin 2010. Il a désigné comme vice-président le Pr Jean-Luc Debru, doyen honoraire. Par ailleurs ce conseil intègre comme membre, le président de l’Université de Grenoble Farid Ouabdesselam.

Michel Destot s’est réjoui de la confiance que lui a témoignée à l’unanimité le Conseil de surveillance. Il s’est engagé à poursuivre son engagement au service de l’hôpital public, à soutenir le directeur général dans une politique menée en bonne intelligence avec le personnel, le corps médical et l’administration.

Le Conseil a adopté le compte financier 2009 et entendu le directeur général sur l’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) 2010, qui sera arrêté après le directoire du 5 juillet.

Le Conseil de surveillance suivra avec attention la mise en oeuvre du projet d’établissement 2006-10 approuvé qui s’est déjà traduit par la mise en service récente de l’hôpital Couple Enfant (maternité, néonatologie, génétique) fin 2008, de l’Institut de rééducation Sud mi 2009, et de l’Institut de Biologie et Pathologie en juin 2010.

Axé sur la performance et l’innovation au service du territoire de Grenoble (700 000 habitants) et du sillon alpin (2 millions d’habitants en Isère, Savoie et Haute-Savoie), le projet d’établissement vise à rétablir l’équilibre tout en poursuivant la modernisation nécessaire des deux sites Nord et Sud, en améliorant l’attractivité des unités du CHU et leur performance, dans une forte ambition hospitalo-universitaire.

Première université à avoir fusionné dès septembre 2009 les premières années de médecine et de pharmacie, avec une pédagogie numérique innovante, l’université de Grenoble et le CHU ont programmé dans le cadre du plan campus de l’université de Grenoble la reconstruction des instituts de formation de niveau licence destinés aux futurs médecins, pharmaciens, sages-femmes et paramédicaux, dans un bâtiment commun sur le domaine universitaire à l’horizon 2014.

Université et CHU prévoient également de déposer fin 2010 un projet d’Institut Hospitalo-Universitaire axé sur les diagnostics, thérapeutiques et suppléances innovantes, fédérant les axes forts de recherche du site et les instituts thématiques dédiés aux neurosciences, au cancer et au développement, aux gestes médico chirurgicaux assistés par ordinateur, et à la biologie.

Le projet d’Établissement 2011–2015 en préparation sera délibéré par le conseil de surveillance début 2011. Il vise à répondre, dans le nouveau contexte de la loi Hôpital Patients Santé et Territoires, aux défis posés par l’adaptation des prises en charges au vieillissement de la population, aux évolutions technologiques, aux attentes de la population pour davantage d’information et de qualité d’accueil, une médecine et chirurgie moins invasives, des services à domicile en réseau avec l’ensemble des acteurs de santé du sillon alpin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”