Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Implantation d’un pacemaker sans fil : une 1ere nationale signée CHUGA

Le Pôle Thorax et Vaisseaux du CHU Grenoble Alpes vient de signer une nouvelle première nationale ! Le professeur Pascal Defaye, responsable du service Rythmologie et Stimulation Cardiaque, a implanté l'un des premiers dispositifs de stimulation endocardique sans fil au monde pour le traitement de resynchronisation cardiaque.

Le Pôle Thorax et Vaisseaux du CHU Grenoble Alpes vient de signer une nouvelle première nationale ! Le professeur Pascal Defaye, responsable du service Rythmologie et Stimulation Cardiaque, a implanté l’un des premiers dispositifs de stimulation endocardique sans fil au monde pour le traitement de resynchronisation cardiaque.
La technologie WISE-CRT conçue par la startup EBR System vise à améliorer la santé des patients souffrant d’insuffisance cardiaque. Déjà pionnier en France dans les pacemakers sans sonde, l’équipe de Rythmologie et Stimulation cardiaque du CHUGA a franchi une nouvelle étape dans l’histoire de la resynchronisation cardiaque en étant le premier établissement de santé en France et parmi les premiers dans le monde à utiliser cette nouvelle technologie qui fait l’objet d’un projet de recherche clinique international.
La resynchronisation cardiaque est un traitement éprouvé qui réduit la mortalité et améliore les résultats cliniques des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque. Le système de stimulation implantable est capable d’administrer de l’énergie au cœur, grâce à un émetteur à ultrasons, sans utiliser de dérivation (ou fil) de stimulation pour acheminer l’énergie. Il a été conçu pour répondre aux limitations persistantes des systèmes TRC actuels où environ 30 à 40 % des patients recevant un dispositif TRC conventionnel manquent de répondre au traitement ou subissent des échecs liés à la dérivation. Le premier patient français a donc été pris en charge au CHUGA et l’intervention s’est déroulée en deux temps avec l’implantation du dispositif à ultrasons et de la batterie pour commencer puis, quelques jours plus tard, l’implantation dans le ventricule gauche de l’électrode de stimulation.
"Nous avons d’abord implanté une petite batterie sous la peau, au niveau pectoral. La batterie est reliée à un transmetteur au niveau de l’espace intercostal. Ce transmetteur envoie des ultrasons qui vont être transformés en énergie électrique par la petite électrode de 6 mm placée sur la paroi du ventricule gauche quelques jours plus tard lors d’une seconde intervention qui a eu lieu sous sédation et avec la présence de plusieurs techniciens de la startup EBR System." témoigne le Pr Pascal Defaye. Et de conclure : "C’est la première fois qu’on transmet de l’énergie par les ultrasons sur un pacemaker. La vraie avancée réside dans le fait que la petite électrode est fixée de façon définitive et que seule la batterie, facilement accessible, est désormais à changer tous les quatre ans. L’objectif est simple, il s’agit d’améliorer encore la santé des patients insuffisant cardiaque."

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.