Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La capsule endoscopique

De la taille d'une grosse gélule, cette caméra embarquée va explorer les parties jusqu'à présent inaccessibles de l'intestin grêle.

De la taille d’une grosse gélule, cette caméra embarquée va explorer les parties jusqu’à présent inaccessibles de l’intestin grêle.

La capsule endoscopique permet d’explorer la totalité de l’intestin grêle qui comprend trois parties : le duodénum, le jéjunum et l’iléon. De la taille d’une grosse gélule de 27 mm de longueur et de 11 mm de diamètre, elle est avalée le matin à jeun. Equipée d’une micro caméra vidéo, d’une source lumineuse, de batteries et d’un système de transmission radio, elle permet de prendre deux images par seconde durant une durée de 8 heures. Les images sont transmises vers des capteurs placés sur la peau du malade comme les électrodes d’un électrocardiogramme, mais au niveau de l’abdomen.

Un enregistreur contenu dans un boîtier, comparable à celui d’un holter, est porté à la ceinture. L’ensemble de ce dispositif permet un examen en ambulatoire. Les données sont transférées à une station de travail dotée d’un logiciel spécifique qui permet de réaliser des séquences vidéos et de localiser la capsule dans l’intestin grêle.

La capsule endoscopique est principalement utilisée dans le diagnostic des hémorragies digestives obscures. Dans cette situation, l’origine de l’hémorragie reste indéterminée après une gastroscopie et une coloscopie conventionnelles. Les hémorragies digestives obscures peuvent être occultes, se traduisant par une anémie ferriprive et/ou des tests hémoccults (recherche de sang dans les selles) positifs, ou extériorisés sous forme d’une hématémèse et/ou d’un méléna, souvent récidivant et nécessitant des transfusions sanguines itératives.

Dans notre expérience (PHRC 2001) qui concerne 36 patients, 18 avec hémorragies digestives occultes et 18 autres avec hémorragies digestives extériorisées, la lésion responsable a pu être identifiée au niveau de l’intestin grêle à 28 reprises. Il s’agissait le plus souvent de malformations artério-veineuses ou d’ulcérations.

Les autres indications de la capsule endoscopique sont en cours d’évaluation, notamment dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et la maladie coeliaque et chez les patients prenant des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

La capsule, actuellement disponible, n’est pas adaptée à l’exploration des autres segments du tube digestif (oesophage, estomac et côlon), mais les progrès technologiques permettent d’espérer une extension des indications à d’autres pathologies.

Au total, la capsule endoscopique permet une exploration totale de l’intestin grêle. Il s’agit d’un examen non invasif, sans risque de complication, qui peut être effectué en ambulatoire.

Actuellement, cet examen a un intérêt uniquement diagnostique, et non thérapeutique, mais des progrès technologiques sont là encore possibles pour pallier cette limite.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”