Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Neurochirurgie éveillée : nouveau succès de Besançon

Le service de neurochirurgie du CHRU de Besançon a réalisé avec succès l’exérèse d'un angiome cérébral en chirurgie éveillée sur une patiente de 36 ans. Le Pr Laurent Thines et le Dr Antoine Petit ont choisi cette technique pour intervenir sur une malformation artério-veineuse (MAV) située à proximité des zones fonctionnelles du langage obligeant les chirurgiens à procéder à l’opération avec une extrême prudence.

Le service de neurochirurgie du CHRU de Besançon a réalisé avec succès l’exérèse d’un angiome cérébral en chirurgie éveillée sur une patiente de 36 ans. Le Pr Laurent Thines et le Dr Antoine Petit ont choisi cette technique pour intervenir sur une malformation artério-veineuse (MAV) située à proximité des zones fonctionnelles du langage obligeant les chirurgiens à procéder à l’opération avec une extrême prudence.
La rupture de la MAV avait entraîné une hémorragie, qui risquait à terme d’engager le pronostic vital de la patiente. La résection chirurgicale a été optimisée par l’usage de plusieurs techniques de pointe.
Une neuronavigation (GPS)a permis, à partir de l’IRM de la patiente, de cibler la zone à opérer. L’architecture et les limites de la malformation ont été analysées par vidéo-angiographie peropératoire intégrée au microscope. La cartographie des zones du langage a été réalisée par stimulation de la surface corticale en chirurgie éveillée. Cette stimulation a permis d’évaluer les capacités de la patiente à chaque stade de l’intervention et de respecter ces zones fonctionnelles.

Aucune complication clinique postopératoire n’est à déplorer chez la patiente, aujourd’hui guérie de cette malformation vasculaire.
La chirurgie cérébrale éveillée est pratiquée depuis une dizaine d’années dans différents CHU pour la prise en charge des gliomes et tumeurs primitives situés dans les zones fonctionnelles du cerveau. 
La fiabilité de la procédure réalisée au CHRU de Besançon est très encourageante. Cette technique pourrait être étendue à terme à d’autres types de pathologies et notamment la chirurgie des cavernomes ou anévrismes cérébraux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.