Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Cité de la Santé toulousaine : une certaine idée du «prendre soin»

Avec l’installation des premières activités de dépistage et de la maison médicale de garde, la Cité de la Santé ouvre ses portes sur le site de La Grave. S'appuyant sur une conception large de la santé, cette nouvelle structure veut replacer les soins dans une perspective d'ensemble comprenant la prévention, l’accompagnement, la prise en compte des déterminants de santé. En prise avec le terrain, la cité veillera à promouvoir un égal accès à la santé pour les Toulousains et les habitants de la région Midi-Pyrénées, avec une attention particulière portée aux personnes en situation de vulnérabilité...

Avec l’installation des premières activités de dépistage et de la maison médicale de garde, la Cité de la Santé ouvre ses portes sur le site de La Grave. S’appuyant sur une conception large de la santé, cette nouvelle structure veut replacer les soins dans une perspective d’ensemble comprenant la prévention, l’accompagnement, la prise en compte des déterminants de santé. En prise avec le terrain, la cité veillera à promouvoir un égal accès à la santé pour les Toulousains et les habitants de la région Midi-Pyrénées, avec une attention particulière portée aux personnes en situation de vulnérabilité du fait de la précarité, de l’âge, du handicap ou de pathologies chroniques.
Porteuse d’une vision globale de la personne, la Cité de la Santé se pose en complément du système hospitalier fondé sur une hyperspécialisation des disciplines, des technologies de pointe, une tendance au morcellement des prises en charge des patients avec un risque de discontinuité dans les parcours de santé.
Dans ce lieu ouvert, les acteurs de la santé se retrouveront dans une dynamique de partenariat autour de 6 plateformes
– la santé sexuelle
– la prévention de la fragilité des personnes âgées et du risque de dépendance
– la précarité et la vulnérabilité sociales
– la promotion de la santé pour la population générale et éducation thérapeutique pour les patients
– la qualité de vie des personnes atteintes de pathologies chroniques
– la prévention de risques psychiques chez les enfants et adolescents
En complément de la maison médicale de garde, une réflexion est en cours pour proposer d’autres offres de premier recours sur le site, telles que des consultations de podologie-pédicurie et de diététique, dans un souci de toujours améliorer l’accès aux soins, en termes de prix et de délais de consultation.
A travers cette approche novatrice, la Cité de la Santé se donne pour mission de décloisonner l’offre de santé, de déployer des actions précoces favorables à la santé et de réduire les inégalités sociales de santé. Espace d’échange, la Cité animera des débats publics sur les évolutions de la demande sociale en santé et sur la transformation du système sanitaire.
La recherche et l’enseignement
La Cité de la santé assurera la promotion de projets de recherche en santé publique portant notamment sur l’organisation du système de santé et les inégalités sociales de santé. La recherche interventionnelle visera à accompagner l’innovation et la transformation des pratiques et des organisations. Dans ce cadre, la collaboration avec les patients et usagers occupera une place centrale.
Les professionnels de santé pourront également suivre des actions de formation initiale ou continue.
Un projet dynamique
Pendant plusieurs mois, le CHU de Toulouse a animé une réflexion avec de nombreux partenaires* pour répondre aux enjeux du vieillissement, des pathologies chroniques et des inégalités sociales de santé en adéquation avec les orientations de la Stratégie nationale de santé. Aujourd’hui, l’installation de ces premiers services inaugure la première phase du projet qui se poursuivra en 2016 par l’arrivée des plateformes Précarité, Gériatrie avec ses activités de recherche.
L’inauguration officielle de la Cité de la Santé est prévue début 2016. La Cité de la santé a vocation à poursuivre son évolution au travers de ses activités de recherche et de débat. Dans cette perspective, le CHU de Toulouse candidatera au réseau international des Hôpitaux et structures promoteurs de santé, ce qui permettra d’inscrire cette initiative dans une dynamique internationale.
Cité de la santé : les partenaires
· Centre hospitalier universitaire de Toulouse
· Hôpital Joseph Ducuing
· Agence régionale de santé Toulouse Midi-Pyrénées
· Université Toulouse III – Paul Sabatier
· Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées
· Mairie de Toulouse
· Collectif inter associatif sur la santé Midi-Pyrénées
· Assurance maladie Haute-Garonne
· Mutualité française Midi-Pyrénées
· Union régionale des professionnels de santé Midi-Pyrénées
· Institut national de la santé et de la recherche médicale

*les acteurs de la co-construction du projet : les patients : associations de malades et associations de représentants d’usagers, les professionnels de santé libéraux, médecins généralistes et paramédicaux, le département universitaire de médecine générale, les associations de prévention, les établissements de santé partenaires, les établissements médico-sociaux, les collectivités locales, l’ARS, l’assurance maladie, les mutuelles de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.