Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La consultation de génétique

Lorsqu'un couple à risque désire un enfant, il est important de pouvoir lui proposer un dépistage des maladies géniques et chromosomiques. A Reims, cette recherche est effectuée en consultation de génétique dans le service de génétique du Pr Dominique Gaillard.

Lorsqu’un couple à risque désire un enfant, il est important de pouvoir lui proposer un dépistage des maladies géniques et chromosomiques. A Reims, cette recherche est effectuée en consultation de génétique dans le service de génétique du Pr Dominique Gaillard.

Cette consultation a pour but de diagnostiquer les maladies génétiques en s’appuyant sur l’examen clinique (dysmorphologies, anomalies fonctionnelles) ou les antécédents familiaux avec l’arbre généalogique (retards, cancers). Les patients reçoivent alors des informations sur la prévention, les risques familiaux et l’évolution de ces maladies.


Plusieurs examens peuvent être réalisés :

– La cytogénétique, l’étude des chromosomes des individus (foetus, enfant, adulte) dans le but de rechercher une anomalie.
– Le diagnostic présymptomatique qui précise, avant tout signe clinique si un sujet porte un caractère héréditaire (gène muté) caractéristique de la maladie recherchée.

Ce diagnostic peut être proposé et réalisé en période prénatale comme c’est le cas pour la mucoviscidose.

Un diagnostic présymptomatique est également possible chez l’adulte pour identifier le gène de prédisposition à certaines maladies musculaires ou cancers familiaux.
Quelques maladies neurologiques graves, telles que la maladie de Huntington qui se révèle vers la quarantaine peuvent également faire l’objet d’une demande de diagnostic présymptomatique. Ce dernier se fait en partenariat avec le service de neurologie.
Il est important de noter que la demande du patient doit être personnelle et qu’elle peut être interrompue à tout moment par l’intéressé.

Lever le tabou familial des maladies génétiques
Le Pr Gaillard, chef du service de génétique attire l’attention des jeunes couples sur l’importance de connaître les antécédents familiaux ; malheureusement peu y pense avant la grossesse. L’idéal serait que les différents membres d’une même famille communiquent mieux et s’informent des maladies génétiques diagnostiquées. Or l’apparition d’une telle maladie est souvent tabou ce qui fait que le reste de la famille l’ignore parfois. De son côté le médecin généraliste doit jouer un rôle préventif. Il pourrait en parler aux jeunes couples, au moment de leur mariage par exemple, lorsqu’ils le consultent pour des certificats prénuptiaux.

L’espoir de la recherche
« La recherche a permis de mieux connaître les gènes et leurs mécanismes, aujourd’hui elle tente de trouver des traitements spécifiques et travaille sans fin dans ce sens » conclut le Pr Gaillard

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”